VILLAGE : MAI HICH

Mai Hich est une commune située à 13km sud-ouest du district de Mai Chau. La population de Mai Hich est composée à 96% par l’ethnie Thaï. Elle réside le long de la rivière Xia et dans les forêts primitives. Contrairement à Ban Lac qui est une destination touristique populaire, Mai Hich est une destination encore préservée. La croyance qui consiste à maintenir « L’harmonie de l’homme avec la nature » est solidement défendue par le peuple Thaï. Pour le voyageur, s’immerger dans ces paysages magnifiques, avec ces montagnes environnantes et ces collines verdoyantes, rencontrer le peuple des Thaï blancs, entendre au loin les chants traditionnels, se mêler à l’ambiance des danses folkloriques incarnés par les enfants du village, est juste un enchantement de douceur et de ravissement.

Comment partir au Vietnam en direct? Consultez le site de On’BeaVoyage: http://www.onbea-voyage.com

Publicités

VILLAGE : KY SON

ky son

Situé au nord du Vietnam, à plus ou moins deux de route de Hanoi, en plein cœur de la campagne vietnamienne, Ky Son Village offre au voyageur de nombreuses opportunités pour découvrir les anciennes traditions et la culture du Vietnam. Le lieu est idéal pour se reposer et faire des balades à pied ou en vélo à travers les nombreuses rizières qui entourent le village. C’est aussi l’occasion de participer aux différentes activités agricoles des villageois pour mieux comprendre leurs modes de travail, découvrir leurs récoltes et s’initier aux us et coutumes au coeur de la campagne vietnamienne. Les opportunités ne manquent pas non plus, pour visiter les charmantes pagodes locales et pour profiter des bienfaits des cultures d’herbes et de plantes qui constituent les traitements traditionnels des nombreuses familles des villages de cette magnifique et splendide région.

Ky Son, invite au bien-être et à la sérénité et comble les amoureux de la nature. Un havre de paix au Vietnam, un vrai régal !

Comment partir au Vietnam en direct? Consultez le site de On’BeaVoyage: http://www.onbea-voyage.com

FÊTES ET FESTIVALS : PROGRAMME DE LA FÊTE DU TÊT 2017 A PARIS

new-year-1689970

Le fête du Têt aura lieu le 28 janvier 2017. Comme chaque année la Mairie de Paris s’associe aux célébrations de  l’année du Coq de Feu Rouge.

Elles auront lieues dans la capitale Française les 2 premiers week-ends de février. De nombreux défilés auront lieu, qui comme à chaque fois attireront plus de 200 000 participants, touristes, admirateurs ou simple curieux. La plus attendue est la grande parade du 13ème arrondissement qui aura lieu le dimanche 5 février 2017.

LES CÉLÉBRATION DU NOUVEL AN CHINOIS ET DE TÊT À PARIS

  • PARIS 3ÈME ET 4ÈME ARRONDISSEMENTS – DÉFILÉ DU DRAGON À L’HÔTEL DE VILLE – 28 JANVIER 2017

Cette parade organisée dans les 3ème et 4ème arrondissements sera surement la plus spectaculaire et la plus inévitable. Pour célébrer comme il se doit ce nouvel an Chinois du Cheval, un défilé composé de dragons et lions multicolores partira de l’Hôtel de Ville. La profusion de couleurs, et la subtilité des costumes vous émerveilleront.

Date: samedi 28 janvier 2017 – départ à  14h30 place de l’Hôtel de Ville – arrivée à Beaubourg.

Trajet :
-rue du Temple
-rue de Bretagne
-Rue de Turbigo
-Rue Beaubourg

La ville de Paris proposera également une semaine culturelle asiatique à cette occasion.

  • DÉFILÉ À BELLEVILLE

Une parade aura aussi lieu dans les quartiers de Belleville (quartier avec un forte communauté Chinoise) et du Marais.

La manifestation débutera par l’ouverture de l’œil du Dragon sur la place de la Mairie.

Date : 29 janvier ou 5 février – départ des festivités à 10h

Trajet :
– Métro Belleville
– Boulevard de la Villette
– Rue Rebeval
– Rue Jules Romains
– Rue de Belleville
– Rue Louis Bonnet
– Rue de la Presentation
– Rue du Faubourg du Temple
– Métro Belleville

  • PARIS 13ÈME ARRONDISSEMENT (QUARTIER ASIATIQUE) – 5 FÉVRIER 2017

Le 13ème arrondissement de Paris nous offre à chaque nouvel an Chinois et fête du Têt, de somptueux défilés. Ce quartier Asiatique, souvent surnommé le Chinatown parisien, rassemble à cette occasion plusieurs milliers de personnes venues participer, applaudir ou simplement admirer cette merveilleuse parade de dragons multicolores et de lions dansants. C’est la plus connues des célébrations du nouvel an Chinois à Paris.

La foule est souvent compacte, les rues bondées mais l’ambiance y est festive et bon enfant

Date 5 février – départ à 13h au 44 avenue de la porte d’Ivry puis passage par avenue de Choisy, place d’Italie, tolbiac puis retour par avenue d’Ivry.  Pendant le mois de février Paris 13 également propose un festival asiatique avec des spectacles et des concerts.

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

FÊTE ET FESTIVALS : LA FÊTE DE LA MI-AUTOMNE

trung-thu-ha-noi-min

La Fête de la Mi-Automne, Tet Trung thu en vietnamien, est la 2ème plus grande fête du Vietnam après celle du Têt. C’est la fête des enfants, mais les adultes participent également aux festivités. Cette fête symbolise l’unité de la famille et le rassemblement.

On choisie le 15ème jour du huitième mois du calendrier lunaire, qui correspond soit à la fin du mois de septembre, soit au mois d’octobre, là où la pleine lune est la plus ronde et la plus lumineuse de l’année. D’où le nom que l’on donne également à cette grande fête : « La fête de la pleine lune ou le festival de la récolte de la Lune».

A cette occasion, les villes du Vietnam s’habillent de lampions colorés, les échoppes se remplissent de masques en forme d’animaux, d’étoiles, de jouets en papier en forme de tête de licorne, de bateaux, de paniers, d’oiseaux, de mandarins… Et des jouets plus modernes comme des voitures, robots, avions qui illuminent les yeux des enfants ! La cité revêt ainsi  ses plus beaux habits de couleurs et de lumières pour célébrer dans  une ambiance familiale et très joyeuse, la grande fête annuelle des bambins vietnamiens ! 

Pour la petite histoire, avant que la Fête de la Mi-Automne ne devienne la fête des enfants au Vietnam, c’était une fête qui célébrait les récoltes des paysans. En fait, dans les campagnes on avait un rituel : pour savoir si la moisson sera bonne ou pas, chaque année les paysans observaient la pleine lune. Aussi, quand elle était de couleur verte, cela présageait une récolte très mauvaise et donc que le peuple des campagnes souffrirait de la famine. A contrario, si la lune était brillante, cela voulait dire qu’il allait y avoir une excellente récolte !

Pendant la Fête de la Mi-Automne, les enfants vietnamiens déguisés avec de magnifiques masques colorés, chantent dans les rues ou les maisons pour porter chance et prospérité. Puis ils défilent en tenant dans leurs mains des lanternes « Den Keo Quan » (lanterne aux ombres) ou des lanternes « Den Ong Sao » (des lanternes en forme d’étoile), avant de se lancer dans « la danse de la licorne » au rythme des tambourins.

Mais la fête ne serait rien sans les gâteaux de lune ! En effet, la tradition veut que l’on offre pendant toutes les festivités, à la famille, à tous ses proches et à tous ses amis, des gâteaux de lune de forme ronde, symbole d’union : des gateaux Banh Deo (pain de riz gluant farcis en forme de disque lunaire) et des gâteaux Banh Nuong (gâteaux cuits au four farcis de divers ingrédients). Souvent on trouve au cœur de ces deux gâteaux, de la courge confite, des graines de lotus ou de la noix de cajou, des haricots mungo, des œufs salés, du poulet, etc. Pour ce qui est des enfants, la coutume veut elle, qu’on leur offre des cadeaux, plein de cadeaux, encore et encore des cadeaux ! Dans la soirée, c’est lorsque tout le monde est réuni, que l’on fait alors le tour du « Mam co trung thu » (table des victuailles) et que l’on déguste enfin les fameux gâteaux de lune tout en savourant un délicieux thé vert !

banh-trung-thu

Dans les grandes villes, la Fête de la Mi-Automne est l’occasion de grandes foires aux jouets. Se tiennent aussi sur toutes les places et les trottoirs des cités, des spectacles de rue et de nombreux stands d’animations pour les enfants. Les familles, accompagnées de leurs bambins, s’immergent alors dans cette ambiance très joyeuse et chaleureuse, achètent des cadeaux pour leurs petits, mais également des friandises et profitent ainsi, jusqu’à tard dans la soirée, de la deuxième plus grande et plus belle fête du Vietnam !

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

CULTUREL : LE TEMPLE DE LA LITTERATURE

IMG_8582

Le magnifique temple de la littérature ou le temple de Confucius de la capitale de Hanoï, fut la première université ou Académie impériale du Vietnam. Le temple est considéré comme un monument historique et culturel de la plus haute importante dans pays et un extraordinaire vestige impérial !

L’architecture du temple a puisée son inspiration dans celle du Temple de Confucius en Chine. Le monument mesure 350 m de long et fait 70 mètres de large. C’est le roi Ly Than Tông en 1075 (le troisième empereur de la dynastie Ly), qui fit construire le temple de la littérature au Vietnam

L’empereur Ly fit ériger cinq cours consécutives séparées chacune par des murs de briques. Chaque pas de porte est surélevé pour empêcher les mauvais esprits de rentrer. Une allée centrale, qui à l’époque était réservée aux seigneurs (les petites allées de côté étaient quant à elles, destinées aux domestiques, serviteurs et soldats), traverse toute la longueur du temple. Chaque cour est reliée par une triple porte, dont les murs symbolisent la progression sur la voie de la sagesse. Le chemin lui, représente l’évolution du savoir des érudits confucéens.

Sur une des pierres du temple, un texte demande aux visiteurs de descendre de leur cheval, ce qui place ainsi le pouvoir du savoir au dessus de celui du pouvoir royal du Vietnam. Le roi lui-même devait respecter strictement cette consigne.

Sous la dynastie Trân (de 12245 à 1400), le temple de la littérature a subit des changements à plusieurs reprises. En 1920 et en 1947 il a été entièrement restauré. Endommagé pendant la guerre d’Indochine, il fut restauré en 1956. Les derniers travaux datent de 2000.

Au commencement, le temple de la littérature, connu pendant longtemps sous le nom de Collège impérial, n’était accessible qu’aux princes impériaux, à la royauté du pays et aux nobles. A partir de la seconde année de son existence, le temple commença à accueillir les fils de mandarins sélectionnés par le roi lui-même. Il faudra attendre le 15ème siècle, pour voir le temple de la littérature s’ouvrir aux étudiants provinciaux désargentés, qui après avoir réussit l’examen d’entrée, pouvait y étudier.

Le temple est un lieu de lettres prestigieux où l’enseignement, axé sur le travail et le mérite, permettait d’accéder à une très belle ascension sociale. En effet, après l’obtention du diplôme royal, les plupart des étudiants vietnamiens, étaient destinés à devenir des mandarins dont l’érudition était autant enviée, glorifiée que respectée. Dés lors, les portes des cours des palais s’ouvraient à eux et à toutes administrations en province où leur était réservé des postes élevés. Pour ce qui concerne les étudiants qui échouaient à leurs examens, ils étaient souvent envoyés dans l’éducation scolaire pour tenir les fonctions de maîtres.

Les cours étaient composés de programmes qui enseignaient la morale confucéenne, 4 livres servaient de support  (La Grande étude, le Juste Milieu, les Entretiens et les ouvrages de Mencius) ainsi que les cinq livres canoniques (Les Odes, les Annales, Le Livre des Mutations, le Livre des rites et les Annales des printemps et automnes).

Le  temple de la littérature a véritablement connu son apogée sous le règne de Le Thanh Tong (1460-1497). De cette période faste est née des salles de conférences modernes, une magnifique bibliothèque, des pensionnats… Et c’est ainsi que le collège gagna sa réputation de grande école administrative et de lettres pour savants vietnamiens !

C’est à cette même époque (en 1442), qu’est née l’idée d’édifier des stèles en l’honneur de tous les étudiants diplômés. C’est ainsi que sur 82 promotions entre 1442 et 1779, 117 stèles ont été érigées. Posées sur une base en pierre en forme de tortue pour symboliser la longévité et l’union entre le ciel et la terre, une par une, les stèles racontent l’histoire de l’examen, indique le nom de l’étudiant et sous quel souverain il a été promut mandarin. L’ensemble des stèles est inscrit à la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Une coutume bien connue au Vietnam, veut que les jeunes étudiants viennent prier et déposer des offrandes devant les stèles, particulièrement en période d’examen, car cela porterait chance. On dit également que le fait de frotter la tête de la tortue (3 fois), apporterait le succès dans les études, c’est la raison pour laquelle, de nombreux parents y emmènent leurs enfants.

Concernant le déroulement des études, elles étaient fractionnées en plusieurs périodes et étapes, et les examens possédaient plusieurs degrés. Le tout premier examen, qui était un examen régional ayant lieu tous les trois ans, s’appelait Thi Huong. Celles et ceux qui le réussissait, pouvaient dès lors s’inscrire à l’examen du Thi Hoi dont l’épreuve consistait à rédiger un texte sur le sujet des affaires de l’Etat en se mettant dans la peau du roi lui-même. Les étudiants devaient ensuite répondre à une série de questions concernant les moyens de résoudre les problèmes du Vietnam. Pour ce faire, ces derniers devaient puiser dans leurs connaissances classiques et historiques des dynasties antérieures. Si le candidat réussissait l’examen, « le docteur », il pouvait alors accéder à l’épreuve de l’examen du Palais, le Thi Dinh. Particularité de cet examen, c’est le roi lui-même qui interrogeait les candidats en leurs posant des questions et en leur lisant ensuite lui-même les réponses. Puis, le roi classait les copies en trois groupes, choisissait le meilleur de chaque groupe à qui il attribuait des distinctions spéciales et honorables à l’issu de quoi, l’étudiant ainsi félicité et récompensé de ses efforts et de son savoir, devenait mandarin.

En plus de leurs diplômes, on remettait à chacun des étudiants couronnés de succès, une robe, un chapeau et un cheval. Puis, en leurs honneurs, un superbe banquet était organisé à Hanoï. S’en suivait une procession dans leurs villages d’origine où les habitants se réunissaient pour les accueillir  triomphalement. A leur tour, pour les remercier, les jeunes diplômés offraient une grande fête aux villageois. Enfin, après avoir fêté dignement et en grandes pompes leurs réussites, les diplômés retournaient à Hanoï pour y prendre leurs toutes nouvelles fonctions d’Etat.

L’âge moyen des lauréats variait entre 16 et 61 ans. Ils étaient tous considérés comme étant des personnages brillants et devenaient en conséquence, après l’obtention de leurs diplômes, des personnes influentes ou importantes dans la société vietnamienne (bureaucrates, philosophes, hommes politiques, ministres, poètes, etc.).

A partir du 19ème siècle, le prestigieux collège fut transféré à Hué. Depuis, le sublime temple de la littérature est destiné à la commémoration de Confucius et de ses disciples. Il accueille également la journée nationale de la poésie et tient une exposition permanente de bonsaïs.

On retrouve un des monuments du temple de la littérature sur le billet de 100 000 dongs : le lac de la clarté céleste.

Le temple de la littérature est un incontournable culturel au Vietnam ! C’est un lieu prestigieux qui se distingue  par sa philosophie, celle de Confucius dans un pays reconnu plutôt bouddhiste, et qui montre une perspective importante du pays, celle du savoir, de l’érudition et du raffinement de l’esprit.

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

CULTUREL : LE PONT JAPONAIS DE HOI AN

Japanese bridge in Hoi An, Vietnam

Le pont couvert japonais est le site historique et architectural le plus visité de la charmante ville de Hoi An située dans le centre du Vietnam !

Appelé par les vietnamiens « Lai Vien » qui veut dire « le pont des amis des pays lointains », c’est un pont-pagode long de 18 mètres et large de 3 mètres. Construit en 1593, c’est l’un des plus vieux ponts du Vietnam et l’un des mieux conservé.

C’est la communauté commerçante Japonaise de Hoi An, soucieuse de relier son quartier situé à l’est de la ville à celui de leurs amis chinois situé lui à l’ouest, qui fut l’initiatrice de la fondation du pont légendaire.

Le pont couvert japonais est sacré pour les vietnamiens, car il est un des seuls bâtiments de la ville portuaire de Hoi An à n’avoir pas été touché par le terrible incendie survenue dans la cité il y a plus d’une centaines d’années.

On trouve à l’entrée du pont deux statuettes de singes qui indiquent que la construction a débuté pendant l’année du singe. L’autre côté du pont, deux statuettes indiquent quant à elles, que les travaux se sont achevés pendant l’année du chien (en 1595).

Le pont japonais de Hoi An est fait dans un bois sombre très robuste, il est de forme convexe et campe fièrement sur son socle en arc de pierres au dessus d’un des affluents du fleuve Thu Son.  Il est recouvert de tuiles jaunes et vertes et est orné magnifiquement de différents personnages et de dragons sculptés en bois ou en pierre.

On dit que le pont représente le corps d’un monstre géant appelé  « Cu », dont les parties du corps auraient été éparpillées dans plusieurs endroits : la tête en Inde, la queue au Japon et ne resterait plus que son corps à Hoi An, soit le pont ! La pagode qui prolonge le pont aurait été elle, construite pour conserver l’âme du dragon. Mais les habitants de Hoi An disent également que la pagode aurait été bâtit pour vénérer Trân Vu, le génie des marins.

Traverser le pont, c’est revenir pour quelques minutes au cœur de l’époque impériale, celle des mandarins de la petite ville de Hoi An. A l’intérieur du pont, traversé seulement par quelques rayons du soleil, l’ambiance est magique ! Les couleurs ocres jaunes et rouges de sienne confèrent au lieu une ambiance aussi chaleureuse que mystérieuse. Sans parler de l’extérieur du pont qui, à la tombée de la nuit, revêt son manteau de lumières féeriques et magiques pour magnifier de manière sublime, sa façade rosée aux pigments argentés.

C’est un des endroits préférés des jeunes mariés vietnamiens qui aiment s’y rendre et poser devant les flashs pour immortaliser leur amour.

Avis donc aux amoureux de passage ! Si vous voulez joindre votre amour au romantisme du Vietnam, rendez-vous devant le pont japonais de Hoi An ! Ainsi est le Vietnam, un rêve éveillé de toute beauté rempli de mille et unes merveilles exceptionnelles !

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

SITE NATUREL : LA RIVIERE DES PARFUMS

viet-nam-1212256

La magnifique rivière des parfums est un fleuve côtier situé à l’est et au centre du Vietnam.

La rivière des parfums prend sa source au dessus de la ville impériale de Hué, traverse la cité, puis rejoint trente kilomètres plus loin la lagune de Thanh Lam, porte de la grande mer de Chine méridionale.

Le fleuve romantique coule paisiblement entre des paysages somptueux composés d’une végétation verdoyante et dense aux senteurs orientales. On dit que c’est l’odeur des plantes médicinales, qui à l’époque poussaient sur les rives, qui auraient donné le nom à la rivière. Une autre version dit encore que ce sont les fleurs des arbres fruitiers tombant sur la rivière en automne, qui embaumeraient le fleuve et la ville de Hué.

Lorsque l’on navigue sur la rivière des parfums, on aperçoit sur les rives la vie quotidienne des habitants des villages. Mais également celles des artisans occupés à tisser au bord de l’eau, des paniers d’osiers ou en train de confectionner les lampions en papier de soie en vu du festival de Hué… Sur le fleuve, on découvre de nombreuses activités et animations fluviales, on croise des petites embarcations familiales pleines de charme, des sampans, des petits pêcheurs en train de lancer leurs filets, des ouvriers attelés à draguer des ponts de longs bateaux pareils à des vaisseaux, le sable au fin fond de la rivière impériale…. Une multitude de scènes de vie typiques qui confère au lieu un charme indéniable !

Pour naviguer sur la rivière des parfums, il faut se rendre à la splendide pagode Thien Mû. C’est de là que l’on embarque sur ces bateaux si caractéristiques de la région, avec leurs couleurs vives et leurs incroyables figures de proue très originales : des têtes de dragon qui rappellent le majestueux pouvoir royal de la ville ancestrale !

Naviguer sur la rivière des parfums est une très jolie manière de compléter votre visite de la ville de Hué au Vietnam. Parfums et beautés vous guideront sur cette eau paresseuse et vous obligeront, pour un moment, à vivre au rythme élégant et zen de la vie impériale locale. Une aventure riche, poétique et pleine de charme !

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

VILLE ET SITE NATUREL : DONG VAN

dong-van-1491607

Dans le nord du Vietnam, tout près de la frontière sino-vietnamienne se situe une petite ville nommée Dong Van. L’intérêt de Dong Van réside en sa région sauvage d’une beauté époustouflante ! On se rend également dans cette partie du pays pour rencontrer les merveilleux peuples des ethnies minoritaires vietnamiennes.

Dong Van se trouve au centre d’un parc géologique isolé au Vietnam, aussi impressionnant qu’étonnant ! Avec son massif karstique, ses canyons et ses pics, ses basses montagnes, le plateau calcaire s’étend de toute beauté sur une superficie de 574,35 km2.

La route qui mène à Dong Van serpente entre les plaines, les montagnes et les pics et amène le voyageur à faire mille et unes découvertes fabuleuses ! Notamment, la découverte du petit village de Sa Phin où s’érigeait à l’époque le Château et le palais du roi des H’mongs Chin Duc, un allié des français. Le site possédait deux donjons en pierre, 64 pièces où vivait le roi avec ses trois femmes, ses innombrables enfants et plus d’une centaine de personnes. Le château fût abandonné en 1945 et ses descendants quittèrent le Vietnam pour se rendre en France et au Québec.

On peut également visiter, sur  un des deux pics principaux qui dominent le village de Dong Van, les ruines du fort français Po Lu construit en 1890, qui lui aussi fût abandonné en 1945.

Côté nature, le magnifique sommet du pic Ma Pi Leng invite à la randonnée et au trek. Recouvert d’un ruban de nuages, il offre un panorama époustouflant sur le parc et ses reliefs rocheux étonnants ! Quant à la rivière Nho Que, elle serpente entre des falaises karstiques hautes de 800 à 100 mètres et apporte aux paysages, un petit brin de fraîcheur et un panel de couleurs nouveau et sauvage.

Pour plonger au cœur de la vie des peuples minoritaires des Hmongs noirs et des Tays, rendez-vous le dimanche au marché local qui vous offrira un spectacle haut en couleurs ! Vous découvrirez un monde hors du temps, une vie typique, une culture et des coutumes ancestrales. Mais également, un mode de vie très rudimentaire car c’est avec beaucoup de peine que ces peuples cultivent le maïs sur les pentes escarpées et rocheuses de cette région très sauvage.

Les villages typiques perdus dans la nature du plateau de Dong Van, vous feront également vivre des rencontres exceptionnelles et un quotidien dominé par la vie de la montagne.

Enfin, à une dizaine de kilomètres de Dong Van se situe une petite ville nommée Meo Vac où résident quelques milliers d’habitants, des Hmong, Lolo et Dzao notamment. La ville étant totalement enfouie dans une vallée entourée de hautes montagnes calcaires, complètement isolée du reste du pays, elle est surnommée par les vietnamiens « le nid d’aigle des Hmongs noirs », le bout du monde en quelque sorte.

Dong Van est une des régions les plus isolées du Vietnam, mais une des plus belles et des plus impressionnantes du nord de ce magnifique pays d’asie ! A découvrir absolument si vous souhaitez connaître le plein dépaysement !

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

CULTUREL : LE TOMBEAU DE TU DUC

Tu Duc Tomb, Hue, Vietnam

Le tombeau de l’empereur Tu Duc, situé à 8 km de la ville impériale de Hué, au cœur d’une immense forêt de pins, est considéré comme étant le tombeau le plus remarquable et le plus grand de tout le Vietnam !

Tu Duc était le quatrième empereur de la dynastie des N’guyens. Il régna pendant 35 années (de 1847 à 1883), ce qui est le plus long règne du Vietnam. Sa disparition annonça la fin de l’indépendance du pays.

L’empereur marqua profondément l’histoire par son opposition ferme au colonialisme. Il expulsa les étrangers du Vietnam, isola rigoureusement le pays de tous contacts, commerces extérieurs, et contraria toute la modernité mise en place dans le pays en privilégiant les traditions de ses prédécesseurs. Il persécuta également la communauté Chrétienne, et en 1858, fit exécuter des missionnaires. En réponse, l’Europe organisa une expédition répressive franco-espagnole qui déboucha en 1859 sur l’occupation des français à Saigon. Suite à quoi, en 1962, Tu Duc fut forcé de capituler et dû signer la cession du Sud-Vietnam ; céder en 1er lieu les provinces orientales de la Cochinchine qui devinrent en 1867, la Cochinchine occidentale. Il fut également contraint d’ouvrir Hanoi, Haiphong, Qui-nhon et le fleuve rouge au commerce international, ce qui eu comme effet de provoquer la révolte des lettrés et des mandarins contre la cour de Hué. Mais plus rien ne pouvait arrêter la course des colonialistes  français qui en 1882, finirent par occuper Hanoï.

Malgré cette réorganisation politique et la pression de son peuple, l’empereur Tu Duc vivra les derniers mois de son existence paisiblement au sein de son luxueux palais, entouré par 300 personnes et servit par son personnel. C’est seulement à sa mort que le palais sera transformé en Mausolée Impérial. Mais Tu Duc, ainsi que son trésor, ne seront pas enterrés sur place. L’endroit où ses restes reposent avec ses richesses, reste en fait, jusqu’à aujourd’hui encore, un mystère. L’endroit serait resté secret afin d’éviter les pillages, et c’est la raison pour laquelle aussi, on dit qu’on aurait décapité les 200 serviteurs qui étaient chargés de ses funérailles, ou bien encore, qu’il fut enterré par des paysans sourds et muets à qui on interdit définitivement de revenir à Hué.

La construction du tombeau de Tu Duc débuta en 1864 et s’acheva en 1867. C’est l’empereur lui-même qui dessina son mausolée, sa future résidence de campagne. Sur un territoire d’environ 12 hectares, il fit ériger 50 constructions architecturales réparties sur des niveaux aménagés en terrasse, un lac artificiel, un îlot et de vastes jardins. Chaque construction porte le nom de Khiem.

Cours d’honneurs, tombeaux, temples, chemins dallés, pavillons, théâtre, étang en demi-lune, lac, lotus, verdure… le site est un lieu enchanteur, paisible qui témoigne de la richesse et de la beauté de la culture impériale des N’guyens. Flotte dans les allées, le doux parfum des frangipaniers, mais également l’âme poétique de l’empereur Tu Duc. Car si malgré ses 104 concubines, l’empereur ne donna aucune descendance, il fut en revanche très productif en termes de poèmes, puisqu’il en composa ici même, plus de 1500 ! Il fut ainsi considéré comme l’un des plus grands poètes de son époque. Il aimait les poèmes et les vers qu’il utilisait notamment pour exprimer ses fautes et ses regrets. Ou bien encore, pour surmonter son tempérament maladif.

Car son règne fut particulièrement difficile et ne lui offrit guère la sérénité. Il dû abandonner une partie du territoire Vietnamien aux français, les six provinces de Nam Bô dont sa mère était originaire, et cette lourde charge et responsabilité ne cessa de le hanter et le plongea dans une profonde et douloureuse tristesse.  Sa mère, pour remonter le moral de son fils, promis même de récompenser celui qui réussirait à le faire rire. Mais hormis quelques réussites aussi furtives que fugitives, l’empereur Tu Duc resta prostré dans sa tristesse.

De plus, Tu Duc, fils cadet de l’empereur Thiêu Tri, n’aurait jamais dû régner. En effet, c’est seulement parce que son père décida de changer son testament royal à la dernière minute, en le désignant comme le successeur à la place de son frère héritier Hong Bào qui vivait dans la débauche, que Tu Duc se retrouva à la tête de son pays.

Le conservatisme sévère de l’empereur Tu Duc, est considéré comme ayant causé la perte de l’indépendance du Vietnam et en partie, du patrimoine national qui fut rigoureusement amputé. Mais en réalité, son père Thiêu Tri et son grand-père Minh Mang, depuis longtemps persécutaient déjà les catholiques et les missionnaires étrangers. La machine de la colonisation française était donc depuis déjà longtemps en marche.

Je m’apitoie douloureusement sur mon sort
« Etre roi » ne mérite pas assez la gloire
Les colonialistes ont confisqué la terre pour y rester.
Làm vua chẳng có quang vinh chút gì
Thực dân chiếm đất ở lì
Trẩm đây buồn tủi, sử thì kết oan

Tu Duc.

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

VISITES : LES TUNNELS DE CU CHI

IMAGE TUNNEL DE CU CHI

Dans le sud du Vietnam, à seulement une quarantaine de kms de la ville de Ho Chi Minh, se trouve un impressionnant réseau de galeries souterraines appelé « les tunnels de Cu Chi« .

Les tunnels de Cu Chi, creusés à l’origine par les Viet Minh pendant l’Indochine française (sur une vingtaine de kms), ont été développés sur 230 km par les Viêt Công (les combattants du Front National de Libération du Sud Vietnam) pour faire face aux américains pendant le conflit américano-vietnamien. Le réseau s’étendait de la ville de Cu Chi jusqu’à la frontière Cambodgienne.

Les tunnels servaient de cache aux révolutionnaires Vietnamiens, mais ils étaient également utilisés pour communiquer, se déplacer d’un point à un autre dans la région, tout en étant à l’abri des bombes, des défoliants et du Napalm. Les pièces de la galeries servaient quant à elles, à stocker la nourriture, le matériel et les armes.  D’autres pièces servaient elles, d’hôpital,  de cuisine, de dortoir, d’infirmerie, de salle de réunion … Pendant les temps forts de la guerre, plus de 16000 personnes s’abritèrent dans les tunnels de Cu Chi,  dans les nombreuses galeries et pièces menant aux différents quartiers du réseau souterrain.

En arrivant au Vietnam, les troupes américaines pensaient mener une guerre traditionnelle, en conséquence, combattre physiquement et frontalement les soldats Vietnamiens. Alors que les Vietnamiens, dont les troupes de cette région étaient composées en majorité de paysans, choisirent eux, de mener une guerre d’usure en se comportant comme des fourmis, surgissant ou s’enfouissant de manière totalement imprévisible de partout dans les terres.

Face à cette stratégie de la guérilla Vietnamienne, les moyens de guerre américains pourtant démesurés, s’avérèrent être totalement inadaptés. En conséquence, ils ne permirent pas de faire plier le petit peuple patriotique paysan de Cu Chi qui s’était allié aux combattants Viet Cong. C’est ainsi que les 429 km2 de cette région du sud Vietnam, Cu Chi, devint rapidement un véritable no man’s land, un enfer pour les soldats Américains.

Les entrées des tunnels de Cu Chi étaient représentées par des petites trappes en bois dissimulées par la dense végétation tropicale, et étaient dès lors, très difficiles à repérer. Enfin, les galeries souterraines, conçues spécialement pour les petits gabarits des Vietnamiens, ne laissaient aucune chance aux corpulents américains de s’y infiltrer.

En réponse, les américains décidèrent de créer une armée de « taupes », constituée de soldats qui avaient de très fines silhouettes. Mais cette armée de taupe subit des pertes très importantes. Alors les américains décidèrent de dresser des chiens allemands pour repérer les galeries. Mais les soldats Viet Cong  propagèrent sur les sols du poivre, se lavèrent avec du savon américain et portèrent les habits de leurs prisonniers, ce qui eut comme effet, de tromper l’odorat des chiens.

Quant à l’agent orange que l’armée américaine déversa sur les rizières afin de priver les Viet Cong de leurs approvisionnements, ou les feux qu’ils mirent à la végétation asséchée, aux jungles et aux villages, ne servit à rien. Car la chaleur intense combinée à l’humidité de l’air tropical, déclencha des pluies qui permirent aux Viet Cong de survivre dans leurs abris souterrains. Exaspérée, à la fin des années 60, l’armée américaine décida d’envoyer ses B 52 sur région. Les bombes détruisirent la plupart des tunnels, mais il était trop tard, les tunnels de Cu Chi avaient déjà remplis leur mission.

La visite des tunnels de Cu Chi permet de bien comprendre ce que fut le quotidien des révolutionnaires Vietnamiens pendant cette guerre américano-vietnamienne. On y découvre les entrées des tunnels et les moyens rudimentaires utilisés par les Viet Cong pour vaincre l’ennemi américain.

Une partie des galeries est ouverte au public. Elle a été cependant transformée, élargie afin que les visiteurs étrangers puissent y entrer. Cependant, l’endroit reste extrêmement étroit et oblige, à certains niveaux,  à marcher courbé et cela dans une chaleur indescriptible ! Mais c’est une aventure à vivre pour celui ou celle qui souhaite se rendre compte  de plus près, du quotidien de ces hommes et de ces femmes courageux pendant cette terrible  guerre, et surtout, pour témoigner et ne pas oublier.

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

ACTUALITE : TELEPHERIQUE SUR LA BAIE D’HALONG

4nh-15_54_50_417

Le Vietnam a encore battu un record en révélant au public le 15 Juin 2016, le plus grand et le plus gros téléphérique du monde situé au cœur même de la mythique Baie d’Halong !

Le téléphérique de la « Reine » dépasse tous les superlatifs ! Ses 2 cabines peuvent recevoir chacune jusqu’à 230 personnes sur 2 étages et s’élever au dessus de la plus belle baie du Vietnam à une hauteur phénoménale! Surtout quand on sait qu’un des pylônes de la construction mesure 188,88 mètres de hauteur, ce qui est encore un record mondial  !

Mais pourquoi 188,88 mètres exactement ? Parce que le câble doit resté tendu à une hauteur minimale de 50 mètres au dessus du niveau de la mer, afin de permettre aux bateaux de transport de marchandise de passer sans encombre.  Autre raison : au Vietnam, le chiffre 8 est un chiffre qui porte chance !

Sur une longueur de 2165 mètres, le visiteur peut donc maintenant s’envoler, tel un oiseau à la vitesse de 36 km/heure,  au dessus de la fantastique et de la magique Baie d’Halong du Vietnam !

On doit cette gigantesque œuvre à la société Autrichienne Doppelmayr, et à la société Suisse Garaventa. En Suisse, a été réalisé tout ce qui concerne l’électromécanique. Ensuite, plus de 1000 tonnes de matériel ont été envoyés au Vietnam pour permettre la construction ; Construction qui atteint la encore un record, puisque l’ensemble de l’ouvrage n’aura demandé que 19 mois de travaux !

L’entrée du téléphérique est située dans la ville de Halong au niveau de la plage Bai Chayau, et le câble finit sa course au sommet de la colline Ba Deo où  une surprise attend le visiteur : une gigantesque roue panoramique !

La roue du Soleil, a été construite par les Japonais et c’est la plus grande roue du monde ! Son diamètre est d’environ 115 mètres et elle est dotée de 64 cabines pouvant accueillir 1200 passagers par heure. Elle permet de profiter, sur une hauteur de 215 mètres, d’un autre vue panoramique sur la baie d’Halong ; notamment sur la ville d’Halong en journée et by night, avec son magnifique pont Bai Chay illuminé le soir et  la très jolie rivière Cua Luc !

Sur près de 200 Ha, le Parc Océan d’une superficie de près de 200 ha, à de quoi faire rêver le visiteur en quête de découvertes nouvelles et de grand air !

Pour toucher le ciel et les étoiles, rien de tel donc, qu’un voyage au Vietnam !

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

CULTUREL : MY SON

my-son

C’est un français (Camille Paris) qui a découvert en 1885, l’exceptionnel site archéologique du royaume des Chams : « le sanctuaire de My Son » considéré comme le site Cham le plus important du Vietnam !

L’époustouflante ville antique, construite par le roi Bhadresvaraman à la fin du IVème siècle, est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1999.

Les ruines de l’ancien royaume de Champâ se trouvent dans le centre du Vietnam à l’ouest de la ville de Hoi An,  au cœur d’une vallée entre montagnes et jungles.

Le sanctuaire de My Son était un centre religieux, politique et un lieu de sépulture. Il était constitué de 70 temples et bâtiments érigés sur 142 hectares (entre la fin du IVème et du XIIIème siècle). La guerre du Vietnam aura mis à mal le site, mais une vingtaine de vestiges restent en excellent état.

L’architecture du royaume de Champâ, aux influences Indiennes, est composée de briques rouges et de pierres sculptées d’ornements ou de frises exceptionnellement belles !  Le site possède une grande valeur culturelle et artistique et vous fascinera par son incroyable finesse !

La société Cham, organisée comme en Inde, évoluait en système de castes. Le lieu était donc destiné aux castes les plus prestigieuses, la caste sacerdotale ou bien les monarques qui firent fonctionner le centre religieux pendant 9 siècles avec son déclin.

La société Cham, minoritaire au Vietnam, témoigne de l’influence de l’Inde sur le Vietnam  ; ce qui fait de ces vestiges, un patrimoine à conserver et à protéger. On retrouve d’ailleurs sur la plupart des vestiges, les représentations sculpturales du « lingam », symbole du dieu Shiva, considéré comme le protecteur des Chams, mais également des sculptures des dieux Ganesh, Vishnou

L’apogée de la grande civilisation du royaume de Champa est fascinante ! On peut également retrouver de nombreuses sculptures dans l’exceptionnel musée Cham de Danang qui vous promet, là encore, une épopée culturelle hors du temps !

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

CULTUREL : LA PAGODE BAI DINH

Pagoda_Bai_Dinh

Avec ses 539 hectares, la Pagode Bai Dinh est le plus grand et le plus extraordinaire complexe de temples bouddhistes du Vietnam et de l’Asie de l’Est !

Perchée  à 187 mètres sur une montagne de calcaire à la végétation luxuriante dans la province de Ninh Binh au sud de Hanoï (à l’ouest de l’ancienne cité royale de Hoa Lu), le site est constitué d’un ancien temple de 27 hectares et d’un nouveau temple de 80 hectares.

« Bai » qui veut dire la pratique du culte, et « Dinh » qui veut dire le sommet, la pagode Bai Dinh accueille le visiteur « Au culte du Ciel et de la Terre, du Bouddha et des anges célestes ».

Le site comprend une ancienne pagode, et une seconde plus récente. La 1ère a été construite en 1136 sous la dynastie des Ly (1009-1225). Elle est entourée de 2 grottes : à droite la grotte « Sang » qui signifie « lumière », et à gauche, la grotte « Tôi » qui signifie « sombre ». Dans la grotte « Sang », on découvre des statues bouddhistes, quatre idéogrammes géants et lorsque l’on se rend au fond de la grotte, on a alors la surprise de découvrir une vue panoramique extraordinaire sur la verdoyante vallée située en contrebas du site.

A un kilomètre plus loin, sur le versant de la colline Ba Rau au dessus du lac Dâm Thi et la rivière Hoàng Long,  se trouve la seconde pagode dont la construction a commencé en 2003 et s’est achevée en 2015. Le complexe gigantesque s’étend tout en longueur et est constitué d’un nombre de richesses bouddhistes époustouflantes !

La pogode Bai Dinh détient en fait à elle seule plusieurs records mondiaux : celui de la plus grande statue de bouddha doré d’Asie, celui de la plus grande statue de bouddha de bronze de l’Asie du Sud-Est, celui de la plus grande cloche en bronze du Vietnam, celui de la plus grande pagode du Vietnam, celui du plus grand couloir au sein d’une pagode bouddhiste (le couloir d’Arhat, 3 km), du plus grand nombre de statues (500 statues) et d’arbres Bodhi (100 arbres) au Vietnam

Un site monumental, impressionnant et exceptionnel !

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

VILLE : HO CHI MINH VILLE

saigon-ho-chi-minh-city-1234321

Ho Chi Minh Ville est la ville économique du Vietnam . Ouverte sur l’occident, c’est la ville la plus grande, la plus peuplée, la plus clinquante et la plus moderne du Vietnam ! Frondeuse, frénétique, entreprenante, elle ne cesse de s’accroître et de révéler au monde sa réussite insolente et sa jeunesse fougueuse insatiable remplie d’espoir.

A l’origine, Ho Chi Minh Ville était un petit port de pêche  Khmer (nommé Prey Kor), puis elle devint une ville de peuplement Vietnamien et Chinois sous le règne de la cour impériale des Nguyêns. Plus tard, la ville devenue la capitale de la Cochinchine (connue sous le nom de Saigon), pris à partir de 1887 à 1901, les couleurs de l’Indochine française. C’est seulement à la fin de la guerre d’Indochine (à partir de 1954 avec les accords de Genève) que la ville devint la capitale de la république du Vietnam. A partir de cette période, il faudra attendre la triste guerre (en 1945) et la victoire du nord communiste (le 30 Avril 1975) menée par les troupes de Ho Chi Minh contre le commandement américain siégeant dans le sud tropical, pour qu’enfin la cité acquière son nom final  (en hommage à son héro disparu 5 années plus tôt).

Il reste peu de traces architecturales de la présence des colons français dans la ville, excepté quelques grands monuments dont la fameuse cathédrale en briques rouges, la poste centrale (dont on doit la conception de la charpente métallique à Gustave Eiffel), et  le théâtre (dont l’architecture fût inspirée par le Petit Palais de Paris).

Quand on pense à Ho Chi Minh, on pense également au quartier typique de Cholon (le quartier chinois) qui plonge le voyageur dans la vieille histoire de Saigon, avec notamment son grand marché de gros « Binh Tây » dans lequel il est conseillé de se perdre pour s’imprégner de l’ambiance unique et très animée de la vie des commerçants Chinois.

A l’opposé, pour trouver un peu de calme, rien ne vaut les pagodes et les lieux de cultes religieux aux odeurs d’encens, de tek et de laque noire. Les Vietnamiens aiment s’y rendre pour se ressourcer et pour méditer.

Enfin, pour celui qui souhaite fuir la chaleur de la ville, les musées vous invitent à profiter de leur clim !  Comme le musée de l’histoire du Vietnam qui abrite 1700 objets patrimoniaux. Pour les personnes qui ont qu’en à elles le coeur accroché, un tour au musée de la guerre permet de découvrir des vestiges et des témoignages poignants ! Pour les autres, une séance de photos devant la magnifique mairie de la ville ou devant le splendide palais de la réunification est une belle alternative.

Pendant votre séjour à Ho Chi Minh, vous vivrez au son des milliers de cyclomoteurs, des voitures et des bus qui circulent partout comme des fourmis dans la ville. Il faut en fait attendre le soir pour retrouver un peu plus de calme ; ce moment où les Vietnamiens, après leur journée de travail, se rendent dans les rues de la cité pour se détendre sur une terrasse, autour d’un verre ou dans les restaurants locaux ou mondains. D’autres préfèrent s’attarder sur les places publiques pour profiter de la relative fraîcheur du soir qui recouvre avec légèreté, le coeur bouillant et trépidant de la cité. Pour les plus nocturnes, il existe dans de nombreux quartiers de la ville, des bars et des discothèques très branchés où la nuit promet des rencontres inoubliables !

Concernant les plus romantiques, Ho Chi Minh étant situé au cœur même du confluent de la Rivière de Saigon et du Canal Kinh, un dîner croisière sur l’eau s’impose  ! Dés lors, c’est à bord d’une magnifique jonque que vous naviguerez sur la rivière de Saigon tout en dégustant un repas raffiné et fantastique dans une ambiance « by night » pleine de charme ! Avec comme décor ces immenses bateaux de marchandises amarrés sur les rives, avec ces lumières perçant la nuit, c’est emprunt d’un doux sentiment de nostalgie que vous vous évaderez dans un rêve oriental ambré, scintillant et enchanté !

Enfin, Ho Chi Minh Ville, porte du Delta du Mékong,  vous invite à vous rendre dans le grand sud pour découvrir la nature tropicale et sa vie locale,  et compléter ainsi, votre magnifique et formidable séjour au Vietnam !

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

EVENEMENT : LA FÊTE DU MARCHE FLOTTANT DE CAI RANG

DSCN2156

La fête touristique du marché flottant de Cai Rang à Can Tho dans le sud du Vietnam tropical, s’ouvrira au public le 08 et 09 Juillet 2016 pour le plus grand plaisir des voyageurs de passage ! Deux journées très spéciales seront en effet organisées pour mettre à l’honneur ce magnifique marché flottant inscrit au patrimoine culturel immatériel national (par le ministère de la culture, des sports et du Tourisme au Vietnam).

Pour fêter cet évènement, plusieurs activités se tiendront sur la rivière de Can Tho au cœur du delta du Mékong : des défilés de jonques, de canots et de petites embarcations familiales et touristiques, des expositions de photos sur la vie de ces marchands sur l’eau, la présentation des métiers traditionnels de la région, des spectacles musicaux et de chants tel le « don ca tai tu »….

Un évènement qui saluera le marché, mais également tout le delta du fleuve du Mékong et ses habitants, qui sans eux, le marché flottant ne pourrait pas exister.

Le vice-président du Comité populaire municipal de Cân Tho, Lê Van Tâm, est très fier d’organiser pour la première fois un tel évènement qui promet déjà d’être majestueux et très animé, tellement l’enthousiasme des Vietnamiens de cette région tropicale du sud Vietnam est grande face à la préparation de cette grande fête locale !

Alors préparez vos rames, le peuple Vietnamien vous réclame !

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

VILLE : HUE

vietnam-1235944

Hué est par excellence, la ville impériale du Vietnam ! La magnifique cité qui fût l’ancienne capitale du Vietnam de 1802 à 1945, a gardé son caractère aristocratique mandarin de la dynastie des Nguyens, sa délicatesse littéraire, sa finesse intellectuelle et la douceur de sa poésie classique et élitiste.

Situé dans le centre du pays dans l’ancien empire d’Annam, Hué reste profondément attaché à ses traditions, à sa culture religieuse catholique, à son enseignement et de ce fait, reste un centre culturel incontournable à visiter au Vietnam.

Riche de ses origines princières,  la ville de Hué vous fera vous sentir comme un roi et une reine au cœur des enceintes de sa ville historique. Avec son époustouflante Citadelle Impériale, ses tombeaux disséminés au bord de l’eau, ses palais, ses pagodes, sa rivière des Parfums pleine de charme, ses musées… Hué est incontestablement la ville de la passion, du prestige et des traditions !

Le raffinement impérial s’exprime à Hué dans tous les arts, comme dans la musique, la gastronomie, la littérature, la peinture, le théâtre, l’artisanat… Une fourmilière d’expressions aux sons, aux goûts et aux traits raffinés et subtiles que les générations continuent de se transmettre fièrement.

L’ancienne capitale des Nguyens aura connu des épisodes remarquables mettant à l’apogée, son raffinement culturel, son patrimoine historique, architectural et ses arts. Mais elle connut également des périodes plus sombres, comme l’offensive du Têt (le 29 Janvier 1968) conduit par les Vietnamiens du nord  (un massacre qui avait comme but d’éliminer l’élite de la ville et qui fit plus de 2500 victimes). Les Américains quant à eux, bombardèrent la Cité Impériale après que les français en 1885 y mirent le feu.

Malgré ces tristes évènements historiques, Hué a su se relever de ses cendres et conserver la culture, le savoir-faire des lettres, les traditions millénaires de ses familles impériales mandarinales .

Par ailleurs, la ville s’applique quotidiennement à restaurer minutieusement ses vestiges, notamment grâce à l’appui del’Unesco qui a classé la ville de Hué au patrimoine Mondial de l’Humanité. Car les monuments, en plus d’avoir été des cibles de guerres, souffrent d’être particulièrement exposés à la mousson.

Ainsi, pourrais-t’on dire de Hué, qu’elle est à la fois magistrale, distinguée et raffinée, mais qu’elle est aussi la ville courage et porte en elle, une grande fierté et une grande dignité.

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site deOn’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

VILLE : HOI AN

house-691475

Hoi An, situé dans le centre du Vietnam, est une ville de taille humaine pleine de charme où il fait bon vivre.

Ancien port de pêche de l’Asie de l’Est entre le XVe et XIXe siècle, Hoi An a préservé son authenticité. Ses 1107 bâtiments traditionnels de style japonais, chinois ou européen, plongent le voyageur dans l’histoire du Vietnam.

Ses maisons typiques préservées à l’ossature en bois, avec leurs murs en briques, leurs façades peintes en jaune doré, et ses temples, ses pagodes aux ornements en or et aux bois sculptés qui bordent la rue piétonnière principale, invitent le visiteur à s’y engouffrer.

Certaines demeures de Hoi An transformées en commerces ou petites entreprises artisanales, ont conservées des objets en bois gravés d’époque qui sentent le bois de jacquier ou de tek, les encens brûlés, la laque et l’encre des vieux plumiers. Des porcelaines bleues jaunies et marbrées, des outils de maîtres artisanaux en laiton ou acier posés sur des meubles sculptés, des tenues impériales accrochées aux murs…  confèrent au lieu, une atmosphère orientale forte et ambrée empruntée du passé.

Les portes traditionnelles continuent de s’ouvrir sur l’artère originelle de la ville tandis que le dos des bâtiments donnent sur la rivière Thu Bon pour faciliter les chargements et les déchargements de la cité marchande portuaire d’Extrême Orient. Bien que l’ensablement de la rivière ne permette plus de faire prospérer l’activité du port, le cours d’eau continu cependant d’être fréquenté et exploité par les petits marchands et pêcheurs locaux qui circulent aujourd’hui en sampan. Ces derniers vendent sur le marché très pittoresque de la ville, leurs produits frais pêchés dans la nuit bleue argentée aux doux effluves du parfum des frangipaniers.

La veille ville, appelée pendant la période coloniale « Faifo » (définition : marchands de la mer), est inscrite depuis le 04 Décembre 1999 au patrimoine mondial de l’UNESCO. Hoi An qui appartient entièrement au gouvernement Vietnamien, bénéficie d’une protection, d’un contrôle et d’une gestion de ses bâtiments, ce qui permet la mise en place de programmes réguliers de restaurations et de conservation. Ainsi, la culture, l’architecture et l’âme de la ville son préservées pour le plus grand bonheur de ses habitants et de ses voyageurs de passage.

C’est aussi parce que Hoi An est reconnue pour ses tailleurs de soie, qu’elle reste la place idéale pour se faire confectionner une tenue sur mesure à moindre prix et de très bonne qualité ! Enfin, pour les voyageurs en quête de balnéaire, à quelques kilomètres de la cité, se trouve plusieurs magnifiques plages qui invitent à la baignade, aux bains de soleil et au repos sous les palmiers.

Hoi An, charmante et authentique, est une ville remarquable, aussi belle que douce et formidable !

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site deOn’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

ILE : CON DAO

diver-549380

Con Dao « la sauvage », est l’île paradisiaque par excellence ! Un des plus beaux bijoux du Vietnam ! Entourée de côtes déchiquetées, Con Dao possède un charme fou avec ses plages de sable blanc, ses forêts encore vierges , ses bosquets de noix de coco et ses fonds marins extraordinaires !

Con Dao se situe dans le Sud du Vietnam à 230 km de Ho Chi Minh Ville, au coeur d’un archipel composé de 15 petits îlots.  C’est une île préservée qui possède en conséquence peu d’hôtels, peu de restaurants et de centres animés… Que du bonheur pour les amoureux de la tranquilité ! On se rend donc à Con Dao d’avantage pour son calme, la beauté de sa nature primitive avec sa flore et sa faune sauvage, pour profiter de sa mer azurée et limpide, pour farnienter sur la plage, partir pour une partie de pêche où pour plonger à la découverte des fonds marins bleus.

Pour les plus dynamiques, le parc national de Con Dao, avec ses forêts tropicales denses, invitent à la randonnée ou au trek. Quant aux îlots qui entourent l’île, ils donnent l’occasion de très belles excursions en bateau à la découverte de l’archipel mais aussi de l’histoire.  Car Con Dao et ses îlots environnants furent tristement célèbres pour leurs prisons politiques. L’isolement des îles étaient en effet considérées comme des places idéales pour le régime colonial français, puis pour les opposants du Sud Vietnam pour y emprisonner les révolutionnaires Vietnamiens. De ces périodes sombres ont été conservés de nombreuses traces et témoignages. On peut en conséquence visiter plusieurs prisons, un musée dédié à la mémoire appelé le musée de la révolution et  un cimetière. Mais il faut avoir le coeur accroché et ne pas craindre d’avoir le cafard ! Beaucoup de Vietnamiens viennent s’y recueillir.

Enfin, pour les amoureux de la faune, il ne faut absolument pas manquer Bay Can Island pour observer la nuit tombée, accompagnés des Rangers de l’île, l’extraordinaire ponte des tortues ! Emotions garanties pour des souvenirs inoubliables !

Bref, Con Dao, c’est l’île des merveilles, une destination à découvrir les pieds dans l’eau, la tête dans les nuages !

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site deOn’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

VILLE : DALAT

dalat 111La ville de Dalat est incontestablement la ville la plus romantique et la plus verte du Vietnam ! Station climatique et coquette située en haute altitude (à 1375  mètres) sur le plateau de Lam Vien dans le centre du pays, Dalat est une ville organique où l’on respire et où il fait bon vivre ! C’est aussi la destination préférée des Vietnamiens pour les voyages de noce. On dit d’elle : « Aux uns elle donne la joie, aux autres, la santé ! ».

Paul Doumer, Gouverneur de l’Indochine française au 19ème siècle, conseillé par le docteur Alexandre Yersin, choisit le cadre idyllique de Dalat avec son cirque de collines, ses forêts sauvages de pins, ses montagnes, ses lacs, ses cascades, son doux climat et sa nature magnifique pour y construire une station climatique.

Une des attractions les plus connues de Dalat est son train à crémaillère, adapté au dénivelé de la région. Le chemin de fer, à l’époque long de 84 km qui cheminait entre la ville de Phan Rang et Dalat, aura nécessité 24 ans de travaux (de 1908 à 1932). Quant à la gare de Dalat de style art-déco, on la doit à deux architectes français (Moncet et Revéron). Aujourd’hui, il ne reste plus que 17 km de voies où le train peut circuler pour découvrir la région. Car l’ensemble du réseau a été détruit par les bombardements pendant la guerre du Vietnam.

La ville de Dalat au charme colonial avec ses chalets de style savoyard, ses villas de style normand, ses maisons de style basque, avec sa belle cathédrale, son lac artificiel qui offre 7 kilomètres de promenade, avec ses hauts plateaux riches de cultures de fruits et de légumes, de fleurs, avec ses champs de thé, sa pagode Linh Quang accessible en funiculaire, avec ses lacs et ses chutes d’eau extraordinaires, ses forêts de conifères… Dalat est une destination sure pour le voyageur en quête de calme, de bien-être, de nature, d’air pur et de fraîcheur.

Enfin, sachez que Dalat fut longtemps appelé le « Petit Paris« , car se trouve au coeur de la ville une réplique miniature de la Tour Eiffel.

Si on voulait résumer Dalat en une phrase, on dirait : un air de France au Vietnam !

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site deOn’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

SITE NATUREL : LE LAC BA BE

lac ba be vietnamLe lac Ba Be entouré par le Parc National, se situe dans le Grand Nord Vietnamien à 240 km de Hanoï. C’est un endroit unique et féerique à visiter absolument ! Ici les barques naviguent paisiblement sur des eaux limpides et bleues émeraudes, entre des flancs de montagnes grandioses et impressionnants !

Considéré comme faisant partie des 20 plus beaux lacs du monde, le lac Ba Be se niche dans un cadre naturel sauvage époustouflant de beauté ! Divisé en 3 parties, en 3 petits lacs communicants, le lac d’une superficie totale de 500 ha est bordé de grottes (telles la grotte de Puong et de Hua Ma), de cascades spectaculaires (comme la cascade de Ta Ken), de rivières, de hautes falaises, de pics et de crêtes, de vallées, de forêts primitives luxuriantes et de villages typiques habités par les ethnies minoritaires Vietnamiennes, dont les plus connues sont les Tays, les Dzaos et les H’mongs.

Le lac Ba Be qui s’étend sur 9 km de long et sur 100 à 1800 mètres de large au coeur d’une impressionnante forêt tropicale, invite à la randonnée et au trek, aux excursions en bateau et à la contemplation. C’est l’endroit idéal pour les amoureux de la nature et pour ceux qui recherchent le calme et l’authenticité au Vietnam.

La beauté du lac Ba Be est telle qu’on lui a donné un surnom : « la Baie d’Halong dans les montagnes ». Pour profiter pleinement du cadre naturel de ce site exceptionnel et de ses peuples locaux, le mieux est de loger chez l’habitant. Cela vous donnera l’occasion de partager des moments uniques avec les familles si chaleureuses et tellement accueillantes, de vous initier à leur vie quotidienne et à leurs activités locales comme la riziculture, la pêche traditionnelle, et de découvrir leurs coutumes ancestrales. Une aventure hors norme vous attend !

Le Nord Vietnam est assurément la région la plus puissante et la plus authentique du Vietnam…. c’est la force et le charme.

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

FÊTES ET FESTIVALS : LE VU LAN

Capture vu lan

Aujourd’hui, c’est la fête de Vu Lan au Vietnam, alors bonne fête de Vu Lan à tous les Vietnamiens et à toutes les Vietnamiennes !

Chaque année, à cette occasion, le peuple Vietnamien organise une cérémonie pour célébrer leurs parents vivants ou partis. C’est en fait la fête des mamans et des papas mais à la manière Vietnamienne ; elle trouve ses origines dans le culte des ancêtres.

Le jour de Vu Lan veut que toutes les âmes puissent se retrouver sur terre et que l’on aide celles perdues des ancêtres à retrouver le chemin jusqu’à la terre.

Pour exprimer leur gratitude envers leurs parents, les Vietnamiens se rendent dans les pagodes ou se recueillent sur les autels des ancêtres. Les femmes portent une rose rouge sur leurs habits si leurs parents sont en vie, une rose blanche s’ils sont décédés.

La fête de Vu Lan, fête des pardons des Trépassés, à l’origine bouddhiste, est devenue une tradition pour tous ; c’est une journée culturelle importante  et une journée de recueillement très émouvante pour tout le peuple Vietnamien.

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

FÊTES ET FESTIVALS : LA COMMEMORATION DES ROIS HUNG

viet-nam-749390Ce week-end au Vietnam, se tient une des plus importantes fête nationale du pays : la commémoration des rois Hung, symbole de l’unité de la nation Vietnamienne et du respect du peuple envers leurs ancêtres. Ce culte forme le lien affectif entre les familles, les villages et leur pays et unifie le passé au présent nécessaire à la solidarité entre les différentes communautés ethniques.

A cette occasion, des millions de Vietnamiens et étrangers se retrouvent dans les 1417 temples consacrés en l’honneur des rois Hung considérés comme les pères fondateurs du pays. La fête, organisée chaque année le 10ème jour du 3ème mois lunaire dans le nord du Vietnam, dans la province de Phu Tho au sein de la ville de Viêt Tri, invite les voyageurs du monde entier, à participer à cet évènement exceptionnel.

Pour honorer les Rois Hung, le peuple Vietnamien revêt ses plus beaux costumes traditionnels, défile à palanquin dans les rues pour se rendre aux temples et y déposer sur les autels, ses plus belles offrandes. Généralement composées de bâtonnets d’encens, d’alcool, de bétel de noix d’arec, d’eau, de lampes, des gâteaux banh trung dits gâteaux de lunes et banh day, les offrandes sont une composante essentielle du rituel du culte des ancêtres.

A coups de tambours et de gongs, de musique, de chants, de légendes, de poèmes populaires, de citations, de prières et l’organisation de plusieurs activités sportives et touristiques, de carnavals, d’expositions… de générations en générations, les Vietnamiens se recueillent en communion pour honorer  et fêter leurs ancêtres fondateurs les Rois Hung.

En 2012, l’UNESCO a inscrit cette célébration nationale à la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Le saviez-vous ? Le 7ème Roi Hung, le Roi Lang Lieu, est l’inventeur des pâtisseries les plus célèbres du Vietnam, offertes en offrandes et dégustées traditionnellement lors de la fête du Têt : le banh trung et le banh day.

Pour plus d’informations, consulter la vidéo : le culte des Rois Hung

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

 

INFO MINUTE : LE FESTIVAL DE HUÊ 2016

Capture festival de hué 2016

Le festival bisannuel débutera le 29 Avril et s’achèvera le 4 Mai. Cette année, il célébrera le 710ème anniversaire de Thua Thiên Huê. A cette occasion, se réuniront dans la citadelle de Hué, dans les sites impériaux les plus magiques de la ville, dans les rues, des groupes artistiques venues de tout le Vietnam et une vingtaine de pays dont la France. Chacun se produira dans de nombreux spectacles et shows pour partager sa culture et son savoir-faire traditionnel ou contemporain et mettre  en valeur la ville de Hué pendant ces 6 journées qui promettent déjà d’être féeriques !

Des animations de rue et des spectacles nocturnes feront également revivre les activités de la vie impériale de la ville de Hué. Des petites mains mettront en valeur les arts populaires comme la calligraphie. Des mises en scènes aussi extraordinaires qu’inattendus entraineront la ville de Hué dans une ambiance de folie !

Des conférences culturelles se tiendront également en journée, la fondation de la ville sera racontée, les arts de la table quant à eux, s’exprimeront à chaque coin de rue, des divertissements auront lieu dans plusieurs endroits comme dans les parcs Thuong Bac et Gia Hôi, les prestataires touristiques joueront le jeu, la télévision Vietnamienne fera son show et la bière, quant à elle, coulera à flot !

Un festival grandiose qui invite tous les deux ans le monde entier à se rejoindre au Vietnam pour participer à la plus grande fête de Hué !

La prochaine édition se tiendra en 2018. Alors surtout, n’oubliez pas cette date et préparez dès maintenant votre voyage au Vietnam !

Comment partir au Vietnam en direct? Consultez le site de On’BeaVoyage: http://www.onbea-voyage.com

SITE NATUREL : SAPA

12342464_1000202120050433_2405905536158308740_n

Si vous souhaitez vous rendre sur le toit du Vietnam, rendez-vous à Sapa ! C’est dans cette partie du Grand Nord, à la frontière de la Chine, que le plus haut sommet du pays, le Mont Fansipan et ses 3143 mètres, domine majestueusement la chaîne de montagne de Hoang Lien Son.

Au plus près du ciel, une brume blanche love les sommets et protège les mystères de la vallée de Sapa. En descendant au cœur des montagnes vallonnées, on aperçoit des bandes colorées et ondulantes qui tombent en cascades sur les flancs des montagnes. Ce sont les rizières en terrasse. Elles sculptent les reliefs des terres brunes par vagues longilignes et en parcelles et offrent au spectateur un décor époustouflant !

Les cultures de riz serties en étage, de couleur or à la maturité de la plante, vertes à la progression de la jeune pousse, cannelle avant la récolte, se mélangent aux miroirs d’eau aux reflets bleus-gris émeraudes qui par lames, glissent sur les pentes des montagnes biseautés en diamant pour irriguer ces dizaines de champs  impressionnants. L’ensemble ressemble à un vitrail orné de verres précieux dont les teintes varient au gré des lumières du temps. Un des plus beaux trésors de la nature Vietnamienne crée de la main de l’homme.

Les minorités montagneuses, maîtresses d’œuvre de ces rizières en terrasse qui les ont inventées puis créer pour maîtriser la force de la nature et maintenir la vie, continuent de faire perdurer la tradition et de transmettre leurs connaissances aux plus jeunes de leurs clans. Ces peuples, très reconnaissants de ces offrandes venues de la nature, ne manquent jamais d’honorer ces terres au départ, hostiles. Car ce sont elles qui, une fois dans l’année, leurs offrent ce petit brin de lumière verdoyant dont la graine fait naître le joyau blanc.

Et c’est ainsi que la montagne fît naître, par nécessité au départ, une oeuvre d’art baroque sans le vouloir. Au commencement crée pour survivre et nourrir les âmes, les rizières en terrasse réussissent aujourd’hui à réunir les êtres de la terre entière, venus les découvrir et les contempler.  Les visiteurs de tous pays applaudissent l’ingéniosité et l’adresse des petites mains courageuses de ces magnifiques minorités ; les créatrices de ces chefs d’œuvre naturels, chaque année renouvelés. Des dieux et des déesses  dans le royaume de Sapa au Vietnam qu’il faut visiter.

Dans la province de Lao Cai vit au moins 24 minorités qui donnent à la région un véritable patchwork de couleurs.   Mais au cœur de ce superbe massif montagneux, autour du bourg de Sapa,  la vie se déroule au rythme de 5 principales ethnies : les Hmong (classées en sous groupes : blanc, noir, Leng, Pua, Shi, Sheu et Pé), les Dzaos, les Tays, les Dzays et les Xa Pho.

On reconnaît ces minorités Vietnamiennes par leurs visages tannés typiques des hauts plateaux ; à leurs traits épais et arrondis ; à leurs silhouettes solides aux allures rustiques ; à leurs habits colorés et bariolés qui varient selon l’ethnie. Par exemples, les Hmong noirs portent traditionnellement des tenues de couleurs sombres et de longues jambières confectionnées pour se protéger des sangsues  dans les rizières. Quant certaines femmes Hmong Leng, Sheu et Pé, préfèrent elles les jupes colorées, les corsages brodés et croisés ou les tenues en chanvre de couleur bleues indigo. Les minorités Daos, ont elles, la particularité de porter une lourde coiffe d’un rouge flamboyant, ornée pour certaines, de pièces d’argent, pour d’autres, de pompons rouges et jaunes tombants. L’ensemble de ces minorités Vietnamiennes, offre une mosaïque de couleurs typiques née de traditions complexes et ancestrales et à des modes de vie bien distincts du Nord du Vietnam.

Selon l’ethnie, le mode d’existence sera l’élevage familial de porcs, de volailles, de buffles ou de chevaux ;  les cultures de maïs, riz ou manioc ou celles des légumes ou d’épices. L’ensemble  de l’économie agraire étant organisé et mené par le clan social qui regroupe souvent plusieurs générations.

Pour découvrir les activités quotidiennes des ethnies minoritaires Vietnamiennes de la région de Sapa, le mieux est la pratique de la randonnée et du trek qui vous permet d’aller au plus près et à la rencontre de ces peuples courageux et accueillants. La marche permet également de contempler à son rythme ou de photographier les rizières en terrasse sous plusieurs angles ainsi que les hommes et les femmes au travail. Sapa et la région de Lao Cai, invitent aussi à passer la nuit chez l’habitant, une manière unique de vivre et de partager la réalité de la vie quotidienne des minorités ethniques du Grand Nord Vietnam. Enfin, pour mieux comprendre la vie animée commerçante des villageois, rien de tel que de vous rendre sur un marché local. Un moment qui ne vous laissera pas indifférent tant l’ambiance y est authentique et saisissante.

Alors, à vos sacs dos et à vos chaussures de rando ! Le Vietnam et Sapa vous attendent !

Comment partir au Vietnam en direct? Consultez le site de On’BeaVoyage: http://www.onbea-voyage.com

VILLE : HANOÏ

temple-of-literature-1204409

Hanoï, l’ancienne capitale de l’Indochine française, est le cœur du Vietnam. Elle est fortement enracinée aux terres du nord et diffuse une aura puissante par sa considérable histoire. Elle se distingue avec subtilité par ses traditions millénaires, sa culture ancestrale, ses croyances philosophiques et religieuses aussi douces qu’immémoriales.

Hanoï est la ville de la paix, la plus attachante, la plus authentique et la plus attractive du Vietnam. Elle compte parmi les villes les plus prestigieuses du monde asiatique. Sa population dense s’étire sur les rives majestueuses du delta du fleuve rouge, borde les nombreux lacs urbains comme celui de l’épée restitué et jumelle son âme entre la tradition et la modernité, la mémoire et l’espoir.

Les temples mythiques et les pagodes de la ville du « fleuve de l’au-delà du fleuve », invitent à la méditation. Quand le quartier historique des 36 rues et corporations, lui, appelle à la vie trépidante, bouillonnante et impatiente. Rythme pétulant mené notamment pour tous ces artisans et commerçants d’excellence, exerçants leurs métiers d’ascendance aux pieds des milles portes des trottoirs antiques et prospères du vieux quartier de Hanoï.

Quel plaisir de déambuler dans ces ruelles à l’architecture anarchique, avec ses  façades peintes aux ocres de poussières anciennes et veinées aux larmes fines de la pluie de la mousson Vietnamienne. Quel enchantement de se faufiler entre les petits tabourets enfantins colorés des marchands et restaurateurs posés de-ci, de-là, de manière désordonnée aux bords des chaussées. Quel délice de sentir ces flammes odorantes aux senteurs de bouquet de coriandre venir vous lécher le bout du nez et vous faire saliver.

N’oublions pas non plus de citer, en parlant de Hanoï,  ces milliers de scooters qui évoluent dans les galeries de la ville, tels des fourmis creusant leurs labyrinthes avec un sens de l’orientation improbable et kafkaïen qui laisse totalement dubitatif les européens. En fait, un joyeux bordel  organisé à la manière Vietnamienne mais dont le charme est incontestable tant l’aisance et la nonchalance sont chez eux remarquables.

Et puis, il y a tous ces fils électriques qui traversent sous forme de grandes lignes convexes et lourdes les rues et zèbrent le ciel. Les poteaux qui les soutiennent, quant à eux, chargés du poids de ces longueurs câblées, se muent en sols pleureurs modernes qui rendent, aussi spectaculaire et déroutante, cette ville « extra ordinaire » à l’atmosphère enchanteresse.

Aussi, si dans chaque scène de vie de Hanoï, c’est une aventure singulière qui se raconte, la ville reflète également et sans conteste, l’âme puissante de l’histoire et de la culture Vietnamienne. Il vous suffit de croiser ces femmes aux silhouettes flottantes, apprêtées élégamment dans leur Ao daï (Robe longue), pour voir se dessiner  les lignes majestueuses, courtoises  et précieuses de l’histoire impériale du Vietnam.

On retrouve d’autre part, de nombreux souvenirs de la présence française liée à la colonisation Indochinoise. L’architecture du « Grand Opéra d’Hanoï » qui fut bâtit en 1911 sur le modèle de « l’Opéra Garnier de Paris« , en est un très bon exemple. Le passage des colons français ont également marqué et enrichit la linguistique du pays. Ainsi, on retrouve aujourd’hui  dans le vocabulaire Vietnamien, plusieurs mots dérivés du français comme : Sô cö la (chocolat), Cà rôt (carotte), Cà vat (cravate), Ô tô (auto), Xu xich (saucisse), Bich quy (biscuit), etc. 

Les Vietnamiens restent  très attachés à la culture française. Il n’est donc pas surprenant de voir des anciens vous aborder pour échanger, avec beaucoup de nostalgie  et de fierté, quelques phrases de la langue de Molière. Il faut prendre le temps de les écouter, car c’est avec beaucoup de sagesse que ces personnes souvent érudies, vous conteront la présence française dans leur pays.

Enfin, Hanoï  c’est le culte de Ho Chi Minh.  En effet, l‘oncle Hô, appelé aussi Nguyễn Tất Thành « grandes espérances », puis Nguyễn Ái Quốc « le patriote » a  fortement marqué l’histoire du Vietnam.  Cest pourquoi il continue toujours de vivre dans les mémoires des Vietnamiens et d’être vénéré. C’est bien à Hanoï que l’on trouve son mausolée où son corps embaumé repose toujours. Il est encore aujourd’hui très visité autant par les locaux que par les étrangers.

En conclusion, Hanoï possède en son sein, de puissantes richesses culturelles et historiques et une éminence d’humanité, de dignité aussi profonde, attachante que sincère. C’est la raison pour laquelle, pour découvrir et comprendre le Vietnam, il est indispensable de découvrir et de s’immerger dans la capitale Vietnamienne.

Comment partir au Vietnam en direct? Consultez le site de On’BeaVoyage: http://www.onbea-voyage.com

VISITE : LES MARCHES VIETNAMIENS

DSC03015

Il faut se perdre dans les marchés Vietnamiens ! La plupart du temps se sont les paysans qui vendent leurs récoltes et leurs produits de la ferme. Ce qui est pour le visiteur de passage, une autre manière de découvrir l’univers agricole du Vietnam.

Il fait bon se faufiler dans les allées colorées et denses des marchés locaux,  s’immerger dans cette ambiance animée, s’engouffrer dans ces passages aux odeurs épicées qui excitent les papilles ou piquent le bout du nez.

Parfois on aperçoit des hommes et des femmes accroupies à côté de leurs palanches dont les plateaux  utilisés comme étals invitent à se pencher. D’autres exposent leurs produits frais sur une bâche en plastique à même le sol sans prendre compte du temps annoncé.

Il faut donc parfois baisser la tête pour aller à la rencontre de ces petits marchands, mais aussi pour observer ces dizaines de petits pieds qui s’affairent dans tous les sens.  En revanche, il faut prendre de la hauteur pour admirer le panorama de ces myriades de chapeaux coniques multicolores virevolter et déambuler.  Et puis, si vous tendez l’oreille, vous entendrez ces petites voix se lier ou s’entrechoquer dans une cacophonie de rires, de joies,  de disputes, de réconciliations inhérentes à la vie de tous les marchés.

Ne craignez pas ces bâches en plastique multicolores hissées au dessus de vos têtes qui protègent  les étals de la pluie ou de la poussière. Car parfois sous le poids de l’eau de plusieurs averses, elles se tordent et retournent. Ce qui veut dire que si vous êtes au bon endroit au bon moment, vous avez droit à une bonne douche gratuite ! Aventure qui ne manquera pas de faire rire aux éclats les Vietnamiens ! Cette situation les amusera en effet beaucoup.

De manière générale, personne ne reste insensible à l’ambiance des marchés locaux  au Vietnam. A ces pratiques d’un autre temps. Au poisson vendu dans des bassines remplies d’eau que l’on brasse pour oxygéner l’animal. Ou bien encore, à la viande fraîchement abattue sur place puis découpée et posée à même des planches ou sur tout support pouvant servir d’étal où réserve.

Enfin, il ne faut pas oublier les nombreux scooters ! Car sans eux, ce ne serait plus le Vietnam ! Chargés d’une montagne de produits qui peut atteindre parfois 80 kg, les scooters évoluent dans les artères des marchés à vive allure tout en klaxonnant. Ils se faufilent en zigzaguant avec plus ou moins d’agilité entre  les passants  pour livrer leurs marchandises ou en prendre.

C’est entre 7 heure et 10 heure du matin que le marché bat son plein. Et arrivée 13 heures, c’est l’heure de la sieste. Moment sacré pour les Vietnamiens ! Dés lors, les Vietnamiens s’installent là où ils le peuvent, souvent à l’endroit où ils ont installé leurs stands. Ils s’allongent à même les étales,  s’étendent courbés sur des sacs à patates, s’assoient repliés sur leurs petits tabourets ou bien encore, s’étirent de tout leurs longs sur leurs scooters avec autant de souplesse et d’adhérence que la limace sur sa feuille de salade. C’est ainsi que chacun tombe dans les bras de Morphée, dans ce bruit de fond étourdissant qui ne semble guère les déranger.

Il a beaucoup de marchés au Vietnam. Il y a les marchés de ville, mais aussi ceux de la campagne qui permettent aux habitants de la région de se retrouver et d’entretenir les liens  amicaux. Il y a également les marchés au fil de l’eau dit « flottants », comme le marché de Cai Be qui se trouve dans le sud du Vietnam où s’affairent les fournisseurs des fruits et légumes du Mékong. On trouve aussi des marchés de nuit qui apportent une ambiance très particulière. Avec les éclairages des phares des scooters remuants dans tous les sens et les lampions des marchands qui illuminent dans le noir de l’air humide les étals. Les marchés les plus colorés se trouvent quant à eux, dans le nord du Vietnam. Là où les différentes minorités se regroupent  pour vendre leurs bêtes comme les bœufs, les cochons et tous produits régionaux. Ce qui est une nécessité pour eux pour survivre dans ces régions d’altitude souvent très rudes et isolés.

Enfin, au cœur de tous ces marchés Vietnamiens,  viennent se greffer mille petits métiers de rue !  Ainsi on va aussi au marché pour se faire couper les cheveux, ou bien encore pour jouer de la musique, boire une bonne bière ou un bon thé, acheter des billets de loterie, se restaurer…..

Pour nous occidentaux, chaque centimètre de ces marchés locaux Vietnamiens est une découverte, un enchantement de nouveautés !  Cependant, pour prendre connaissance de tous ces produits et pratiques locales, il est vivement conseillé de se faire accompagner par un guide. En effet, ce dernier sera vous emmener dans les meilleures avenues des marchés. Il vous expliquera l’origine des cultures, leurs utilités, vous donnera leurs noms, comment les cuisiner et à quelle période. Il vous enseignera également les différents modes d’élevage et vous apportera un tas d’anecdotes sur ce fantastique pays qu’est le Vietnam !

Comment partir au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage :http://www.onbea-voyage.com

BALNEAIRE : L’ÎLE DE PHU QUOC

phu quoc 2

L’île de Phu Quoc se situe dans le golfe de Thaïlande, sur la côte sud-ouest du Vietnam. C’est la plus grande île du Vietnam, elle s’étend sur 590 km² avec une longueur entre le nord et le sud de 50 km et une largeur de l’ouest à l’est de 20 km. Elle fait partie d’un archipel composé de 22 îles.

L’île Phu Quoc possède un parc national qui couvre environ 70% des terres. Ce dernier offre des chutes d’eau sauvages et des rivières splendides cachées au cœur de la jungle. Il ravit avec ses 929 espèces végétales qui tapissent les sols humides (certaines dates de plus de mille ans) et sa vingtaine d’espèces animales.

On trouve également sur l’île des plages tropicales renommées bordées par des eaux transparentes et turquoises qui permettent la pratique des sports nautiques tels que le snorkeling et la plongée sous-marine ; idéal pour découvrir les magnifiques récifs coralliens préservés de l’île.

Plusieurs plages sont encore à l’état sauvage et offrent une nature brute, forte et très dense qui invitent au ressourcement et à l’apaisement.

Les côtes de Phu Quoc sont fréquentées par les pêcheurs locaux qui traquent le calamar la nuit à l’aide de spots lumineux. Cela donne chaque soir un spectacle nocturne assez époustouflant, avec ces nombreux bateaux illuminés sur la mer et ces ciels étoilés aux paillettes d’argents étincelantes.

Un vrai paradis pour les amoureux de la nature car l’île a préservé son authenticité. Elle n’a en effet pas subit les constructions bétonnées et surfaites pratiquées sur d’autres îles de l’Asie de l’Est.

Phu Quoc invite au bien être, à la détente et aux balades pour mieux découvrir les richesses éparpillées aux quatre coins de l’archipel. On part à la rencontre des locaux dans les petits villages de pêcheurs où la culture de la perle se pratique dans les fermes, où alors dans les villages artisanaux où perdurent des savoirs- faire ancestraux empreints d’identité autochtone.

On découvre sur son chemin les jardins de poivre, on visite les fabriques de saumure de poisson très réputées,  on admire les vestiges historiques, puis on s’immerge dans les marchés colorés pour se laisser pénétrer par l’odeur des douces épices et des parfums colorés provenant des fruits tropicaux, des herbes aromatiques, des produits et cultures originaux.

Les nombreux étals de poisson et de crustacés de grande valeur et de haute qualité donnent la couleur de votre déjeuner et dîner de la journée, avant d’entamer une soirée en compagnie des locaux Vietnamiens pour partager dans la gaieté, un petit verre d’alcool de riz en signe d’amitié sous un soleil couchant éblouissant.

Ainsi, un séjour de quelques jours sur l’île de Phu Quoc permet de se ressourcer avant de reprendre le chemin des terres du Vietnam, avec son peuple, sa vie riche et intense, ses âmes colorées et souriantes irrésistiblement attachantes.

Comment partir au Vietnamhttp://www.onbea-voyage.com

CULTUREL : LE TOMBEAU KHAI DINH

temple khai dinh

Le tombeau de Khai Dinh (empereur qui a régné de 1916 à 1925 au Vietnam) se situe à une dizaine de kilomètre de Hué, la ville impériale du Vietnam. La construction du tombeau commença le 04 Septembre 1920 sur une pente de la montagne Chu Chau et s’acheva 11 années plus tard. C’est la plus longue et la plus chère construction de tous les tombeaux  Nguyen. Cela s’explique par les matériaux qui étaient importés directement de Chine, du Japon et de France.

Le tombeau est une folie architecturale qui mélange les styles traditionnels Vietnamiens, anciens et modernes, mais également les styles gothiques, hindouistes et bouddhistes….

La structure est composée d’éléments en béton qui s’étendent sur plusieurs niveaux, sur trois terrasses plus exactement. Pour arrivée au tombeau situé au sommet, il faut donc emprunter plusieurs marches. Mais cela permet d’offrir aux passionnés de la photo de différents et magnifiques points de vue sur les monuments.

La construction la plus surprenante et la plus haute de la nécropole est de loin celle du temple Thin Dinh où des mosaïques en porcelaine coûteuse et en cristal recouvrent l’ensemble des murs pour y composer des scènes aux motifs très flamboyants et scintillants. Il faut lever les yeux pour admirer le tableau du plafond où sont représentés neuf dragons dans les nuages.

L’avant dernier empereur du Vietnam avait la folie des grandeurs, un goût très prononcé pour tout ce qui brillait et était réputé pour se laisser influencer par l’occident et les colons français (Khai  Dinh fut le seul roi à régner du temps de l’Indochine française, il visita la France en 1922). Ceci eut comme conséquence une hausse des impôts de 30%, ce qui rendit l’empereur très impopulaire auprès du peuple Vietnamien qui jugeait ses idées architecturales chaotiques et très « Bling Bling ».

Il mourut de la tuberculose en 1925.

Comment partir au Vietnamhttp://www.onbea-voyage.com

CULTUREL: TEMPLE CAO DAÏ

Temple Caodai à Tay Ninh

Ce magnifique temple caodiste ou cao daï, se situe dans la localité de Tây Ninh à une centaine de kilomètres de Ho Chi Minh Ville (2h30 de route). Le temple Vietnamien de Tây Ninh est le siège de la religion Ca odaï.

Cao dai signifie « place de choix ». Les travaux du temple ont débuté en 1927 et se sont achevés en 1955.

Le caodaïsme s’inspire de plusieurs mouvements spirituels comme le taoïsme, le bouddhisme, le confucianisme, le christianisme, et diverses autres religions. Ce mouvement a été crée en 1926 au Vietnam par Chien Van Ngo, un Vietnamien qui a travaillé pour l’administration française en tant qu’officiel.

Au Vietnam, le caodaïsme  est considéré comme  étant un mélange de religions et de sectes qui impose des principes stricts. En effet, les adeptes du caodaïsme n’ont pas le droit de consommer de l’alcool, ils doivent également suivre un régime végétarien et ont interdiction totale d’avoir des relations sexuelles.

Le temple, d’aspect assez kitsch à cause de ses nombreuses couleurs éclatantes, s’inspire de l’architecture des cathédrales et des pagodes.  Il mesure 140 mètres de long, 40 mètres de large et 36 mètres de haut.

Lorsque l’on rentre dans le temple, on aperçoit une énorme fresque sur laquelle est représenté les 3 guides spirituels : Nguyên Binh Khien (un professeur Vietnamien),  Sun Yat Sen (un nationaliste Chinois) et enfin, notre cher poète Victor Hugo.

Le symbole du Cao Dai, un triangle enfermant un œil divin, est dessiné sur tous les vitraux du temple. Quand à la voûte étoilée, elle est soutenue par 18 colonnes, toutes recouvertes de dragons. De nombreuses statues de différentes religions sont disséminées un peu partout dans le temple.

Le temple caodiste du Vietnam est ouvert tous les jours de la semaines et célèbre 4 messes par jour d’une durée de 45 minutes chacune (à 6h00, à 12h00, à 18h00 et à minuit).

La religion caodiste à plusieurs adeptes dans le monde, notamment en Europe, en Australie et aux Etats-Unis.

Comment partir au Vietnamhttp://www.onbea-voyage.com

Informations sur le Vietnam