Archives pour la catégorie SOCIETE

CULTUREL : MY SON

my-son

C’est un français (Camille Paris) qui a découvert en 1885, l’exceptionnel site archéologique du royaume des Chams : « le sanctuaire de My Son » considéré comme le site Cham le plus important du Vietnam !

L’époustouflante ville antique, construite par le roi Bhadresvaraman à la fin du IVème siècle, est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1999.

Les ruines de l’ancien royaume de Champâ se trouvent dans le centre du Vietnam à l’ouest de la ville de Hoi An,  au cœur d’une vallée entre montagnes et jungles.

Le sanctuaire de My Son était un centre religieux, politique et un lieu de sépulture. Il était constitué de 70 temples et bâtiments érigés sur 142 hectares (entre la fin du IVème et du XIIIème siècle). La guerre du Vietnam aura mis à mal le site, mais une vingtaine de vestiges restent en excellent état.

L’architecture du royaume de Champâ, aux influences Indiennes, est composée de briques rouges et de pierres sculptées d’ornements ou de frises exceptionnellement belles !  Le site possède une grande valeur culturelle et artistique et vous fascinera par son incroyable finesse !

La société Cham, organisée comme en Inde, évoluait en système de castes. Le lieu était donc destiné aux castes les plus prestigieuses, la caste sacerdotale ou bien les monarques qui firent fonctionner le centre religieux pendant 9 siècles avec son déclin.

La société Cham, minoritaire au Vietnam, témoigne de l’influence de l’Inde sur le Vietnam  ; ce qui fait de ces vestiges, un patrimoine à conserver et à protéger. On retrouve d’ailleurs sur la plupart des vestiges, les représentations sculpturales du « lingam », symbole du dieu Shiva, considéré comme le protecteur des Chams, mais également des sculptures des dieux Ganesh, Vishnou

L’apogée de la grande civilisation du royaume de Champa est fascinante ! On peut également retrouver de nombreuses sculptures dans l’exceptionnel musée Cham de Danang qui vous promet, là encore, une épopée culturelle hors du temps !

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

Publicités

SOCIETE: LA BIERE

beer-302334

La bière est certainement la boisson alcoolisée la plus consommée au Vietnam. Sa consommation depuis 2014 à même augmentée de 15% !

Au Vietnam, la bière accompagne généralement les repas et les Vietnamiens aiment la partager entre amis et en famille. Toutes les occasions sont  bonnes pour consommer la bière Vietnamienne. Lors d’un mariage, pendant une rencontre familiale, pour fêter un anniversaire, etc.

Alors, comment se boit la bière au Vietnam? Et bien, chose étrange, on la consomme avec un gros glaçon ou plusieurs glaçons. On peut expliquer cette surprenante habitude par la chaleur élevée du pays qui peut dépasser facilement les 30 degrés. En attendant, la chope de bière ressemble parfois plus à un verre d’eau parfumé à la bière tant les glaçons sont nombreux ! Mais cela est peut-être mieux car au Vietnam on trinque souvent et généralement plusieurs fois !

Mais au fait, comment trinque t-on au Vietnam? En fait cela se passe en 3 temps : on lève tout d’abord sa chope de bière et on dit en premier « Hai« , puis « Ba » et enfin « Yo » tout en trinquant dans une chaleureuse et très festive ambiance.

La bière la plus populaire au Vietnam est la bière en pression car elle est très bon marché. On en trouve partout vendue dans les rues Vietnamiennes. On s’installe à même le trottoir à de petites tables minuscules, sur des petits tabourets minuscules et on se rafraîchit avec une bonne pression proposée sous plusieurs marques Vietnamiennes et étrangères.

Comment partir au Vietnamhttp://www.onbea-voyage.com

Société: la vache qui rit

IMG_9505

L’entreprise Bel, propriétaire de la marque « La vache qui rit« , a trouvé un moyen efficace pour augmenter la vente de son produit au Vietnam : inviter les petits vendeurs de rue  à distribuer ses portions de fromage fondu. Pour les convaincre, Bel propose à ceux qui parviennent à vendre 25 boites de fromage en 1 mois, de leur offrir  une assurance santé pour 1 dollars mensuel (actions en partenariat avec une OMG et Groupama). L’entreprise s’engage également à leur apprendre à gérer leur trésorerie mais encore à calculer leurs marges  grâce à une formation de 20 heures. Enfin, il les aide pour l’ouverture d’un compte bancaire.

Les vendeurs et vendeuses au Vietnam qui ont bénéficié de cette formation, ont vu leurs salaires augmenter de 50 %. Cette réussite s’explique également, par le fait que certaines régions vietnamiennes manquent véritablement de produits laitiers et parce que la portion de fromage que leur propose de vendre Bel, ne craint ni la chaleur, ni la poussière. En conséquence, 1100 vendeuses de fruits et légumes, souvent des épouses de cultivateurs, ont été conquises et distribuent dans leurs campagnes aujourd’hui, la fameuse « Vache qui rit » française.

Comment partir au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage : http://www.onbea-voyage.com

Société: le Karaoké

sourire jeune vietnamienne

Les Vietnamiens sont férus de Karaoké, on en trouve partout au Vietnam. Les vietnamiens adorent la musique et chanter. La musique est partout et on l’écoute très fort. Cela va de la musique traditionnelle aux tubes modernes vietnamiens et internationaux. Les salles spécialisées de karaoké offrent tout le confort. Banquette, écran, micro et l’on peut dîner et boire sur place. Mais le karaoké se pratique aussi dans des cafés ou dans des restaurants. On s’y retrouve entre amis et on y va pour se lâcher.

Comment partir au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

 

Société: moyens de transport

DSC05380

Les vietnamiens ne sont pas habitués à la marche à pied. Le moindre petit déplacement se fait souvent en scooter. Même pour effectuer 100 mètres, on prend son scooter ! Ce qui explique que le piéton n’est pas prioritaire et que la traversée des boulevards dans les grands villes peut être délicat à entreprendre.

Le vélo, qui était il y a quelques années encore, le moyen de transport de tous les vietnamiens, est toujours utilisé. Notamment par les jeunes étudiants pour se rendre à l’école.  Mais aujourd’hui, il va sans dire que le scooter est de loin le moyen de transport préféré des vietnamiens. Par ailleurs, si au Vietnam on utilise le scooter ou la moto pour se déplacer, on l’utilise également comme moyen de chargement. C’est ainsi que l’on croise sur la route des scooters chargés de câbles de fer, de cochons, d’un frigo, de meubles, de matériaux de construction, etc.

Quant à la circulation elle-même, aucune règle ! On se faufile dans tous les sens, on roule à contresens, on circule sur les trottoirs, on pose son scooter en plein milieu d’une route et on s’allonge dessus pour faire la sieste. On mange un plat de nouille en roulant, on transporte toute sa petite famille (on peut voir jusqu’à 5 personnes sur un scooter même si cela est interdit) et évidemment, on klaxonne ! On klaxonne beaucoup, pour tout et n’importe quoi, une vraie cacophonie ! Et on chérit tellement son scooter qu’il n’est pas rare non plus de le retrouver garé en plein milieu du salon de la maison ! Il y a 40 millions de scooters pour 90 millions d’habitants au Vietnam.

Alors oui, les mœurs changent et depuis le 15 Décembre 2007, le port du casque est obligatoire. Mais là encore, il se porte à la façon vietnamienne ! C’est à dire, qu’il n’est pas rare de trouver des conducteurs coiffés de leur chapeau, et le casque posé dessus ! Le casque fait en plastique, n’est d’ailleurs souvent pas attaché sous le menton, ou alors il est posé de travers sur la tête.

Les moto-taxis font partis intégrante de la circulation vietnamienne. Son prix étant très bas, les vietnamiens font appel à eux pour se rendre d’un point à un autre. Et les voitures dans tout ça? Et bien, le pays se développant, les voitures se multiplies. Mais il n’en reste pas moins qu’elles sont réservées aux personnes les plus riches du pays car leur coût est très élevé, beaucoup plus élevé qu’en France. En tout cas, l’utilisation de la voiture au Vietnam  complique considérablement le trafic routier qui est déjà saturé. De plus, les infrastructures ne sont pas toutes aménagées pour recevoir la voiture, notamment pour ce qui concerne le stationnement dans les grandes villes.

A Ho Chi Minh, un métro est en cours de construction pour désengorger la circulation. L’ouverture de la première ligne est prévue pour 2017.

Pour ce qui est des limitations de vitesse, elle est de 80 km/h sur la nationale, 100 km/h sur l’autoroute et en ville de 40km/h.

Pour le touriste, il est strictement interdit de conduire au Vietnam. Il faut être résident dans le pays depuis au moins 5 ans pour pouvoir obtenir l’autorisation de circuler en voiture.

Enfin, concernant les cars qui passent d’une localité à une autre, ils sont bons marché mais dangereux. Car ils sont souvent en mauvais état et ne respectent pas les normes de sécurité. Ceci étant dit, on en trouve aujourd’hui de plus modernes.

Comment partir au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage :  http://www.onbea-voyage.com

 

Société : Corruption

La corruption au Vietnam est importante. Les salaires très bas des fonctionnaires de l’état expliquant cela. Par exemple, dans l’éducation scolaire publique, la rémunération d’un enseignant (primaire et secondaire confondus) atteint aux alentours de 100 euros par mois dans les grandes villes et plus ou moins 80 euros en campagne.  De ce fait, les enseignants doivent multiplier leurs activités pour pouvoir répondre à leurs besoins quotidiens. Pour ce faire, ils proposent des cours du soir, travaillent au centre des examens ou encore, louent leurs services pour des cours de rattrapage ou de révisions. D’autres vont multiplier leurs métiers, tenir en plus de leur activité d’enseignant, des postes dans l’industrie, le commerce ou encore l’agriculture. Mais il existe aussi ce que l’on appelle « les contributions volontaires des élèves » : des enveloppes données aux enseignants lors du nouvel an. Aussi, quand des parents mettent des sommes importantes dans les enveloppes, les autres parents se sentent obligés de suivre et renchérissent même parfois. L’enseignant ne peux éviter ces petits cadeaux au risque de fâcher autant les familles, les collègues de travail ou encore la direction de l’établissement scolaire qui bien évidemment, reçoit une partie du montant de l’enveloppe. Ce sont finalement les familles qui financent pour une grande partie l’école publique, la corruption s’additionnant aux subventions de l’état, les budgets étant parfois détournés et remplacés par les dons des parents.

La corruption au Vietnam est en réalité un phénomène généralisé, un mode de fonctionnement devenu ordinaire dans la société vietnamienne tellement elle s’est infiltrée dans tous les domaines. La corruption affecte, en plus de l’éducation, le domaine de la santé, celui de l’agriculture, l’administration publique, l’industrie, l’immobilier, la police, le commerce, etc.

La terre au Vietnam appartient à l’état communiste. Mais les particuliers comme les entreprises, peuvent acheter et vendre ce que l’on appelle un « certificat d’utilisation des terres ». C’est ce document qui est délivré par les autorités vietnamiennes qui est l’une des principales sources de corruption dans le pays.

Le secteur privé n’est pas non plus épargné. Récemment, 40% des entreprises ont reconnu avoir délivré des pots de vin aux fonctionnaires de l’état afin d’accélérer certaines procédures administratives ou obtenir certains certificats.

C’est le secteur de la police qui est le plus touché par la corruption au Vietnam. L’éducation suit de près. S’en suivent les secteurs de l’administration, du pouvoir judiciaire et le domaine des entreprises.

Le parti communiste vietnamien (PCV) dit s’être engagé à lutter contre la corruption. Ceci étant dit, c’est lui qui monopolise tous les pouvoirs et contrôle ainsi la totalité des membres de l’organisation anticorruption et l’ensemble de leurs actions.  Néanmoins, la lutte contre la corruption s’est améliorée ces dernières années, le gouvernement s’attelant à rendre plus transparentes les administrations publiques. En revanche, la corruption elle-même ne semble pas avoir régressé et les conséquences sur l’économie et la société restent très importantes.

Le classement sur la corruption établi par Transparency International en 2012, place le Vietnam en 123ème position sur 188 pays.

corruption