Archives pour la catégorie VILLE

VILLE ET SITE NATUREL : DONG VAN

dong-van-1491607

Dans le nord du Vietnam, tout près de la frontière sino-vietnamienne se situe une petite ville nommée Dong Van. L’intérêt de Dong Van réside en sa région sauvage d’une beauté époustouflante ! On se rend également dans cette partie du pays pour rencontrer les merveilleux peuples des ethnies minoritaires vietnamiennes.

Dong Van se trouve au centre d’un parc géologique isolé au Vietnam, aussi impressionnant qu’étonnant ! Avec son massif karstique, ses canyons et ses pics, ses basses montagnes, le plateau calcaire s’étend de toute beauté sur une superficie de 574,35 km2.

La route qui mène à Dong Van serpente entre les plaines, les montagnes et les pics et amène le voyageur à faire mille et unes découvertes fabuleuses ! Notamment, la découverte du petit village de Sa Phin où s’érigeait à l’époque le Château et le palais du roi des H’mongs Chin Duc, un allié des français. Le site possédait deux donjons en pierre, 64 pièces où vivait le roi avec ses trois femmes, ses innombrables enfants et plus d’une centaine de personnes. Le château fût abandonné en 1945 et ses descendants quittèrent le Vietnam pour se rendre en France et au Québec.

On peut également visiter, sur  un des deux pics principaux qui dominent le village de Dong Van, les ruines du fort français Po Lu construit en 1890, qui lui aussi fût abandonné en 1945.

Côté nature, le magnifique sommet du pic Ma Pi Leng invite à la randonnée et au trek. Recouvert d’un ruban de nuages, il offre un panorama époustouflant sur le parc et ses reliefs rocheux étonnants ! Quant à la rivière Nho Que, elle serpente entre des falaises karstiques hautes de 800 à 100 mètres et apporte aux paysages, un petit brin de fraîcheur et un panel de couleurs nouveau et sauvage.

Pour plonger au cœur de la vie des peuples minoritaires des Hmongs noirs et des Tays, rendez-vous le dimanche au marché local qui vous offrira un spectacle haut en couleurs ! Vous découvrirez un monde hors du temps, une vie typique, une culture et des coutumes ancestrales. Mais également, un mode de vie très rudimentaire car c’est avec beaucoup de peine que ces peuples cultivent le maïs sur les pentes escarpées et rocheuses de cette région très sauvage.

Les villages typiques perdus dans la nature du plateau de Dong Van, vous feront également vivre des rencontres exceptionnelles et un quotidien dominé par la vie de la montagne.

Enfin, à une dizaine de kilomètres de Dong Van se situe une petite ville nommée Meo Vac où résident quelques milliers d’habitants, des Hmong, Lolo et Dzao notamment. La ville étant totalement enfouie dans une vallée entourée de hautes montagnes calcaires, complètement isolée du reste du pays, elle est surnommée par les vietnamiens « le nid d’aigle des Hmongs noirs », le bout du monde en quelque sorte.

Dong Van est une des régions les plus isolées du Vietnam, mais une des plus belles et des plus impressionnantes du nord de ce magnifique pays d’asie ! A découvrir absolument si vous souhaitez connaître le plein dépaysement !

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

Publicités

VILLE : HO CHI MINH VILLE

saigon-ho-chi-minh-city-1234321

Ho Chi Minh Ville est la ville économique du Vietnam . Ouverte sur l’occident, c’est la ville la plus grande, la plus peuplée, la plus clinquante et la plus moderne du Vietnam ! Frondeuse, frénétique, entreprenante, elle ne cesse de s’accroître et de révéler au monde sa réussite insolente et sa jeunesse fougueuse insatiable remplie d’espoir.

A l’origine, Ho Chi Minh Ville était un petit port de pêche  Khmer (nommé Prey Kor), puis elle devint une ville de peuplement Vietnamien et Chinois sous le règne de la cour impériale des Nguyêns. Plus tard, la ville devenue la capitale de la Cochinchine (connue sous le nom de Saigon), pris à partir de 1887 à 1901, les couleurs de l’Indochine française. C’est seulement à la fin de la guerre d’Indochine (à partir de 1954 avec les accords de Genève) que la ville devint la capitale de la république du Vietnam. A partir de cette période, il faudra attendre la triste guerre (en 1945) et la victoire du nord communiste (le 30 Avril 1975) menée par les troupes de Ho Chi Minh contre le commandement américain siégeant dans le sud tropical, pour qu’enfin la cité acquière son nom final  (en hommage à son héro disparu 5 années plus tôt).

Il reste peu de traces architecturales de la présence des colons français dans la ville, excepté quelques grands monuments dont la fameuse cathédrale en briques rouges, la poste centrale (dont on doit la conception de la charpente métallique à Gustave Eiffel), et  le théâtre (dont l’architecture fût inspirée par le Petit Palais de Paris).

Quand on pense à Ho Chi Minh, on pense également au quartier typique de Cholon (le quartier chinois) qui plonge le voyageur dans la vieille histoire de Saigon, avec notamment son grand marché de gros « Binh Tây » dans lequel il est conseillé de se perdre pour s’imprégner de l’ambiance unique et très animée de la vie des commerçants Chinois.

A l’opposé, pour trouver un peu de calme, rien ne vaut les pagodes et les lieux de cultes religieux aux odeurs d’encens, de tek et de laque noire. Les Vietnamiens aiment s’y rendre pour se ressourcer et pour méditer.

Enfin, pour celui qui souhaite fuir la chaleur de la ville, les musées vous invitent à profiter de leur clim !  Comme le musée de l’histoire du Vietnam qui abrite 1700 objets patrimoniaux. Pour les personnes qui ont qu’en à elles le coeur accroché, un tour au musée de la guerre permet de découvrir des vestiges et des témoignages poignants ! Pour les autres, une séance de photos devant la magnifique mairie de la ville ou devant le splendide palais de la réunification est une belle alternative.

Pendant votre séjour à Ho Chi Minh, vous vivrez au son des milliers de cyclomoteurs, des voitures et des bus qui circulent partout comme des fourmis dans la ville. Il faut en fait attendre le soir pour retrouver un peu plus de calme ; ce moment où les Vietnamiens, après leur journée de travail, se rendent dans les rues de la cité pour se détendre sur une terrasse, autour d’un verre ou dans les restaurants locaux ou mondains. D’autres préfèrent s’attarder sur les places publiques pour profiter de la relative fraîcheur du soir qui recouvre avec légèreté, le coeur bouillant et trépidant de la cité. Pour les plus nocturnes, il existe dans de nombreux quartiers de la ville, des bars et des discothèques très branchés où la nuit promet des rencontres inoubliables !

Concernant les plus romantiques, Ho Chi Minh étant situé au cœur même du confluent de la Rivière de Saigon et du Canal Kinh, un dîner croisière sur l’eau s’impose  ! Dés lors, c’est à bord d’une magnifique jonque que vous naviguerez sur la rivière de Saigon tout en dégustant un repas raffiné et fantastique dans une ambiance « by night » pleine de charme ! Avec comme décor ces immenses bateaux de marchandises amarrés sur les rives, avec ces lumières perçant la nuit, c’est emprunt d’un doux sentiment de nostalgie que vous vous évaderez dans un rêve oriental ambré, scintillant et enchanté !

Enfin, Ho Chi Minh Ville, porte du Delta du Mékong,  vous invite à vous rendre dans le grand sud pour découvrir la nature tropicale et sa vie locale,  et compléter ainsi, votre magnifique et formidable séjour au Vietnam !

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

VILLE : HUE

vietnam-1235944

Hué est par excellence, la ville impériale du Vietnam ! La magnifique cité qui fût l’ancienne capitale du Vietnam de 1802 à 1945, a gardé son caractère aristocratique mandarin de la dynastie des Nguyens, sa délicatesse littéraire, sa finesse intellectuelle et la douceur de sa poésie classique et élitiste.

Situé dans le centre du pays dans l’ancien empire d’Annam, Hué reste profondément attaché à ses traditions, à sa culture religieuse catholique, à son enseignement et de ce fait, reste un centre culturel incontournable à visiter au Vietnam.

Riche de ses origines princières,  la ville de Hué vous fera vous sentir comme un roi et une reine au cœur des enceintes de sa ville historique. Avec son époustouflante Citadelle Impériale, ses tombeaux disséminés au bord de l’eau, ses palais, ses pagodes, sa rivière des Parfums pleine de charme, ses musées… Hué est incontestablement la ville de la passion, du prestige et des traditions !

Le raffinement impérial s’exprime à Hué dans tous les arts, comme dans la musique, la gastronomie, la littérature, la peinture, le théâtre, l’artisanat… Une fourmilière d’expressions aux sons, aux goûts et aux traits raffinés et subtiles que les générations continuent de se transmettre fièrement.

L’ancienne capitale des Nguyens aura connu des épisodes remarquables mettant à l’apogée, son raffinement culturel, son patrimoine historique, architectural et ses arts. Mais elle connut également des périodes plus sombres, comme l’offensive du Têt (le 29 Janvier 1968) conduit par les Vietnamiens du nord  (un massacre qui avait comme but d’éliminer l’élite de la ville et qui fit plus de 2500 victimes). Les Américains quant à eux, bombardèrent la Cité Impériale après que les français en 1885 y mirent le feu.

Malgré ces tristes évènements historiques, Hué a su se relever de ses cendres et conserver la culture, le savoir-faire des lettres, les traditions millénaires de ses familles impériales mandarinales .

Par ailleurs, la ville s’applique quotidiennement à restaurer minutieusement ses vestiges, notamment grâce à l’appui del’Unesco qui a classé la ville de Hué au patrimoine Mondial de l’Humanité. Car les monuments, en plus d’avoir été des cibles de guerres, souffrent d’être particulièrement exposés à la mousson.

Ainsi, pourrais-t’on dire de Hué, qu’elle est à la fois magistrale, distinguée et raffinée, mais qu’elle est aussi la ville courage et porte en elle, une grande fierté et une grande dignité.

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site deOn’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

VILLE : HOI AN

house-691475

Hoi An, situé dans le centre du Vietnam, est une ville de taille humaine pleine de charme où il fait bon vivre.

Ancien port de pêche de l’Asie de l’Est entre le XVe et XIXe siècle, Hoi An a préservé son authenticité. Ses 1107 bâtiments traditionnels de style japonais, chinois ou européen, plongent le voyageur dans l’histoire du Vietnam.

Ses maisons typiques préservées à l’ossature en bois, avec leurs murs en briques, leurs façades peintes en jaune doré, et ses temples, ses pagodes aux ornements en or et aux bois sculptés qui bordent la rue piétonnière principale, invitent le visiteur à s’y engouffrer.

Certaines demeures de Hoi An transformées en commerces ou petites entreprises artisanales, ont conservées des objets en bois gravés d’époque qui sentent le bois de jacquier ou de tek, les encens brûlés, la laque et l’encre des vieux plumiers. Des porcelaines bleues jaunies et marbrées, des outils de maîtres artisanaux en laiton ou acier posés sur des meubles sculptés, des tenues impériales accrochées aux murs…  confèrent au lieu, une atmosphère orientale forte et ambrée empruntée du passé.

Les portes traditionnelles continuent de s’ouvrir sur l’artère originelle de la ville tandis que le dos des bâtiments donnent sur la rivière Thu Bon pour faciliter les chargements et les déchargements de la cité marchande portuaire d’Extrême Orient. Bien que l’ensablement de la rivière ne permette plus de faire prospérer l’activité du port, le cours d’eau continu cependant d’être fréquenté et exploité par les petits marchands et pêcheurs locaux qui circulent aujourd’hui en sampan. Ces derniers vendent sur le marché très pittoresque de la ville, leurs produits frais pêchés dans la nuit bleue argentée aux doux effluves du parfum des frangipaniers.

La veille ville, appelée pendant la période coloniale « Faifo » (définition : marchands de la mer), est inscrite depuis le 04 Décembre 1999 au patrimoine mondial de l’UNESCO. Hoi An qui appartient entièrement au gouvernement Vietnamien, bénéficie d’une protection, d’un contrôle et d’une gestion de ses bâtiments, ce qui permet la mise en place de programmes réguliers de restaurations et de conservation. Ainsi, la culture, l’architecture et l’âme de la ville son préservées pour le plus grand bonheur de ses habitants et de ses voyageurs de passage.

C’est aussi parce que Hoi An est reconnue pour ses tailleurs de soie, qu’elle reste la place idéale pour se faire confectionner une tenue sur mesure à moindre prix et de très bonne qualité ! Enfin, pour les voyageurs en quête de balnéaire, à quelques kilomètres de la cité, se trouve plusieurs magnifiques plages qui invitent à la baignade, aux bains de soleil et au repos sous les palmiers.

Hoi An, charmante et authentique, est une ville remarquable, aussi belle que douce et formidable !

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site deOn’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

VILLE : DALAT

dalat 111La ville de Dalat est incontestablement la ville la plus romantique et la plus verte du Vietnam ! Station climatique et coquette située en haute altitude (à 1375  mètres) sur le plateau de Lam Vien dans le centre du pays, Dalat est une ville organique où l’on respire et où il fait bon vivre ! C’est aussi la destination préférée des Vietnamiens pour les voyages de noce. On dit d’elle : « Aux uns elle donne la joie, aux autres, la santé ! ».

Paul Doumer, Gouverneur de l’Indochine française au 19ème siècle, conseillé par le docteur Alexandre Yersin, choisit le cadre idyllique de Dalat avec son cirque de collines, ses forêts sauvages de pins, ses montagnes, ses lacs, ses cascades, son doux climat et sa nature magnifique pour y construire une station climatique.

Une des attractions les plus connues de Dalat est son train à crémaillère, adapté au dénivelé de la région. Le chemin de fer, à l’époque long de 84 km qui cheminait entre la ville de Phan Rang et Dalat, aura nécessité 24 ans de travaux (de 1908 à 1932). Quant à la gare de Dalat de style art-déco, on la doit à deux architectes français (Moncet et Revéron). Aujourd’hui, il ne reste plus que 17 km de voies où le train peut circuler pour découvrir la région. Car l’ensemble du réseau a été détruit par les bombardements pendant la guerre du Vietnam.

La ville de Dalat au charme colonial avec ses chalets de style savoyard, ses villas de style normand, ses maisons de style basque, avec sa belle cathédrale, son lac artificiel qui offre 7 kilomètres de promenade, avec ses hauts plateaux riches de cultures de fruits et de légumes, de fleurs, avec ses champs de thé, sa pagode Linh Quang accessible en funiculaire, avec ses lacs et ses chutes d’eau extraordinaires, ses forêts de conifères… Dalat est une destination sure pour le voyageur en quête de calme, de bien-être, de nature, d’air pur et de fraîcheur.

Enfin, sachez que Dalat fut longtemps appelé le « Petit Paris« , car se trouve au coeur de la ville une réplique miniature de la Tour Eiffel.

Si on voulait résumer Dalat en une phrase, on dirait : un air de France au Vietnam !

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site deOn’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

VILLE : HANOÏ

temple-of-literature-1204409

Hanoï, l’ancienne capitale de l’Indochine française, est le cœur du Vietnam. Elle est fortement enracinée aux terres du nord et diffuse une aura puissante par sa considérable histoire. Elle se distingue avec subtilité par ses traditions millénaires, sa culture ancestrale, ses croyances philosophiques et religieuses aussi douces qu’immémoriales.

Hanoï est la ville de la paix, la plus attachante, la plus authentique et la plus attractive du Vietnam. Elle compte parmi les villes les plus prestigieuses du monde asiatique. Sa population dense s’étire sur les rives majestueuses du delta du fleuve rouge, borde les nombreux lacs urbains comme celui de l’épée restitué et jumelle son âme entre la tradition et la modernité, la mémoire et l’espoir.

Les temples mythiques et les pagodes de la ville du « fleuve de l’au-delà du fleuve », invitent à la méditation. Quand le quartier historique des 36 rues et corporations, lui, appelle à la vie trépidante, bouillonnante et impatiente. Rythme pétulant mené notamment pour tous ces artisans et commerçants d’excellence, exerçants leurs métiers d’ascendance aux pieds des milles portes des trottoirs antiques et prospères du vieux quartier de Hanoï.

Quel plaisir de déambuler dans ces ruelles à l’architecture anarchique, avec ses  façades peintes aux ocres de poussières anciennes et veinées aux larmes fines de la pluie de la mousson Vietnamienne. Quel enchantement de se faufiler entre les petits tabourets enfantins colorés des marchands et restaurateurs posés de-ci, de-là, de manière désordonnée aux bords des chaussées. Quel délice de sentir ces flammes odorantes aux senteurs de bouquet de coriandre venir vous lécher le bout du nez et vous faire saliver.

N’oublions pas non plus de citer, en parlant de Hanoï,  ces milliers de scooters qui évoluent dans les galeries de la ville, tels des fourmis creusant leurs labyrinthes avec un sens de l’orientation improbable et kafkaïen qui laisse totalement dubitatif les européens. En fait, un joyeux bordel  organisé à la manière Vietnamienne mais dont le charme est incontestable tant l’aisance et la nonchalance sont chez eux remarquables.

Et puis, il y a tous ces fils électriques qui traversent sous forme de grandes lignes convexes et lourdes les rues et zèbrent le ciel. Les poteaux qui les soutiennent, quant à eux, chargés du poids de ces longueurs câblées, se muent en sols pleureurs modernes qui rendent, aussi spectaculaire et déroutante, cette ville « extra ordinaire » à l’atmosphère enchanteresse.

Aussi, si dans chaque scène de vie de Hanoï, c’est une aventure singulière qui se raconte, la ville reflète également et sans conteste, l’âme puissante de l’histoire et de la culture Vietnamienne. Il vous suffit de croiser ces femmes aux silhouettes flottantes, apprêtées élégamment dans leur Ao daï (Robe longue), pour voir se dessiner  les lignes majestueuses, courtoises  et précieuses de l’histoire impériale du Vietnam.

On retrouve d’autre part, de nombreux souvenirs de la présence française liée à la colonisation Indochinoise. L’architecture du « Grand Opéra d’Hanoï » qui fut bâtit en 1911 sur le modèle de « l’Opéra Garnier de Paris« , en est un très bon exemple. Le passage des colons français ont également marqué et enrichit la linguistique du pays. Ainsi, on retrouve aujourd’hui  dans le vocabulaire Vietnamien, plusieurs mots dérivés du français comme : Sô cö la (chocolat), Cà rôt (carotte), Cà vat (cravate), Ô tô (auto), Xu xich (saucisse), Bich quy (biscuit), etc. 

Les Vietnamiens restent  très attachés à la culture française. Il n’est donc pas surprenant de voir des anciens vous aborder pour échanger, avec beaucoup de nostalgie  et de fierté, quelques phrases de la langue de Molière. Il faut prendre le temps de les écouter, car c’est avec beaucoup de sagesse que ces personnes souvent érudies, vous conteront la présence française dans leur pays.

Enfin, Hanoï  c’est le culte de Ho Chi Minh.  En effet, l‘oncle Hô, appelé aussi Nguyễn Tất Thành « grandes espérances », puis Nguyễn Ái Quốc « le patriote » a  fortement marqué l’histoire du Vietnam.  Cest pourquoi il continue toujours de vivre dans les mémoires des Vietnamiens et d’être vénéré. C’est bien à Hanoï que l’on trouve son mausolée où son corps embaumé repose toujours. Il est encore aujourd’hui très visité autant par les locaux que par les étrangers.

En conclusion, Hanoï possède en son sein, de puissantes richesses culturelles et historiques et une éminence d’humanité, de dignité aussi profonde, attachante que sincère. C’est la raison pour laquelle, pour découvrir et comprendre le Vietnam, il est indispensable de découvrir et de s’immerger dans la capitale Vietnamienne.

Comment partir au Vietnam en direct? Consultez le site de On’BeaVoyage: http://www.onbea-voyage.com

VILLE: SAPA

Sapa

Sapa est une ville de l’extrême nord du Vietnam située à 1500 mètres d’altitude et distante de Hanoï d’environ 350 km.

Sapa s’est fait connaître au XXème par les autorités coloniales françaises qui décidèrent d’y implanter une mission catholique ainsi qu’un poste militaire. Puis, en 1910, la ville de Sapa devînt une station d’altitude qui fut fréquentée par les colons pendant une cinquantaine d’années.

A l’arrivée des Français de Hanoï dans la région, plusieurs villas furent construites ainsi que des postes de fonction. Ce sont les montagnards, notamment  les ethnies locales, qui furent chargés des travaux  de construction de ces villas coloniales. Parallèlement, dans la périphérie de Sapa, des quartiers Chinois furent créés.

On décida également de mettre en place un marché. Dès son installation, il fut aussitôt fréquenté par les locaux qui s’y rendaient généralement le week-end pour échanger les produits forestiers et fauniques de la région contre des ustensiles de cuisine, du fer, du sel, des médicaments, etc. Le marché Vietnamien évolua en s’adaptant aux besoins des hôtels, des saisonniers, des commerçants et des agriculteurs qui ne cessaient de s’agrandirent.

Après le départ des colons en 1950, le marché ne fut plus fréquenté que par les montagnards de la région qui durent s’adapter aux changements politiques et économiques du gouvernement socialiste Vietnamien. Aussi, en 1986, le « Doi Moi« , la rénovation économique du Vietnam, fut appliquée. A partir de ce moment là, il était formellement interdit de couper le bois des forets, de faire commerce des richesses forestières et fauniques et de cultiver l’opium. Ce qui eut comme conséquences d’affaiblir les activités rentables de la population locale. C’est la demande touristique en 1993  qui vint sauver la région car celle-ci offrait un fort potentiel, notamment commercial et économique.

Mais depuis l’indépendance du pays en 1954, ce sont les Kinh (ethnie majoritaire du Vietnam) en nombre minoritaire dans la région Sapa (14%), qui contrôlent le comité populaire du district. Laissant ainsi peu de pouvoir à la population montagnarde et aux minorités qui sont pour la plupart analphabètes et ne parlent pas Vietnamien. Dés lors, le rôle réservé à ces locaux se résument souvent à une attraction colorée pour les touristes. Ceci étant dit, le gouvernement Vietnamien à mis en place plusieurs programmes pour former ces minorités à des métiers, comme celui de la couture, afin de mieux  intégrer ces ethnies dans l’économie du pays.

Aujourd’hui, en tous les cas, cette magnifique région montagneuse est un point incontournable pour les touristes en quête de dépaysement. Les montagnes et la nature du nord-ouest du Vietnam sont également idéales pour les randonneurs.

Vous allez à la rencontre de ce peuple montagnard et les ethnies colorées dont le travail est dédié aux formidables rizières en terrasse, dont les croyances et us et coutumes appartiennent à un autre âge et apportent au voyageur une autre vision du Vietnam.

Vous découvrez également  la cascade argentée qui est une chute d’eau de 200 mètres, des forêts de bambous, un magnifique lac, des sentiers escarpés sauvages qui traversent les villages de la vallée, des ponts suspendus, des sculptures en pierre ou pétroglyphes de pierres ancestrales, des grottes, des marchés ethniques, une cathédrale…… et le point culminant du Vietnam: le mont Fansipan qui culmine à 3143 mètres d’altitude.

Une région du Vietnam à ne surtout pas manquer !

Comment partir au Vietnamhttp://www.onbea-voyage.com