Archives du mot-clé Culte des ancêtres

FÊTES ET FESTIVALS : LA COMMEMORATION DES ROIS HUNG

viet-nam-749390Ce week-end au Vietnam, se tient une des plus importantes fête nationale du pays : la commémoration des rois Hung, symbole de l’unité de la nation Vietnamienne et du respect du peuple envers leurs ancêtres. Ce culte forme le lien affectif entre les familles, les villages et leur pays et unifie le passé au présent nécessaire à la solidarité entre les différentes communautés ethniques.

A cette occasion, des millions de Vietnamiens et étrangers se retrouvent dans les 1417 temples consacrés en l’honneur des rois Hung considérés comme les pères fondateurs du pays. La fête, organisée chaque année le 10ème jour du 3ème mois lunaire dans le nord du Vietnam, dans la province de Phu Tho au sein de la ville de Viêt Tri, invite les voyageurs du monde entier, à participer à cet évènement exceptionnel.

Pour honorer les Rois Hung, le peuple Vietnamien revêt ses plus beaux costumes traditionnels, défile à palanquin dans les rues pour se rendre aux temples et y déposer sur les autels, ses plus belles offrandes. Généralement composées de bâtonnets d’encens, d’alcool, de bétel de noix d’arec, d’eau, de lampes, des gâteaux banh trung dits gâteaux de lunes et banh day, les offrandes sont une composante essentielle du rituel du culte des ancêtres.

A coups de tambours et de gongs, de musique, de chants, de légendes, de poèmes populaires, de citations, de prières et l’organisation de plusieurs activités sportives et touristiques, de carnavals, d’expositions… de générations en générations, les Vietnamiens se recueillent en communion pour honorer  et fêter leurs ancêtres fondateurs les Rois Hung.

En 2012, l’UNESCO a inscrit cette célébration nationale à la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Le saviez-vous ? Le 7ème Roi Hung, le Roi Lang Lieu, est l’inventeur des pâtisseries les plus célèbres du Vietnam, offertes en offrandes et dégustées traditionnellement lors de la fête du Têt : le banh trung et le banh day.

Pour plus d’informations, consulter la vidéo : le culte des Rois Hung

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

 

Publicités

Culturel: le culte des ancêtres

OFFRANDE DANS PAGODE

Le culte des ancêtres n’est pas une religion, mais une pratique sociale, familiale, une tradition culturelle. Chacun est libre de le pratiquer, qu’il soit rattaché à une confession religieuse ou pas.

L’occidental qui va au Vietnam, pense que le culte des ancêtres est lié à la religion car il est pratiqué partout : dans les temples, les pagodes, les rues, les maisons, etc. D’autant plus que le Vietnam est le pays d’Asie du Sud Est où la pratique du culte des ancêtres est la plus répandue.

Pour comprendre le culte des ancêtres, il faut imaginer un monde invisible qui serait peuplé d’esprits bienveillants (dont les ancêtres), et d’esprits malveillants qu’il faut éloigner du foyer familiale et dont on doit se protéger. Ces esprits bienveillants sont vénérés par les vietnamiens pour qu’ils puissent les protéger du mal et leur assurer la réussite et la prospérité.

Cette croyance fait suite à la piété filiale, pensée traditionnelle intégrée dans la famille vietnamienne qui consiste à respecter ses aînés.  Le culte des ancêtres prend sa source dans le respect, la reconnaissance, l’affection et l’attachement que portent les enfants à leurs défunts parents.

Il parait donc logique de dire que si en occident, c’est la date de naissance qui est la plus importante, au Vietnam, c’est la date du jour de la mort qui compte. Car c’est précisément ce jour là que l’homme entre dans l’éternité. Ce qui veut dire que pour les vietnamiens, la différence entre le monde des vivants et celui des morts n’existe pas.

La transmission entre les vivants et les ancêtres défunts se matérialise à travers l’autel des ancêtres. Cela peut être une table, un meuble bas, une tablette qui sert de support et sur lequel est déposé différentes offrandes et bâtons d’encens. Les offrandes transmises au défunt lui assureront une certaine continuité, une satisfaction, un contentement et protégeront ceux qui les font.

Ainsi, il n’est pas rare de voir sur ces autels, des fruits, si le défunt aimait les fruits, des fleurs, mais aussi des cannettes de coca cola, des gâteaux, du riz, de l’alcool, des cigarettes et différents présents en papier ou en cartons comme de faux billets de banque, des figurines, des lingots d’or, etc. Ces présents en cartons sont appelés « Vang ma« , en français: objets votifs. On pose également sur l’autel, les photos des défunts. Quant aux encens, on a pour habitude de les faire se consumer sur l’autel car les vietnamiens pensent qu’ils apportent de la paix et de la chaleur aux descendants.

Comme il n’y a pas de différence entre le monde des vivants (Yang) et le monde des morts (Yin), les offrandes sont matérielles et elles sont puisées directement dans la vie quotidienne.

La majorité des familles possède un autel des ancêtres au sein de sa maison. Il est disposé dans la pièce principale ou dans la plus belle pièce, dans l’endroit le plus solennel et le plus respectable du foyer. Il est toujours propre et bien entretenu.

Chaque occasion est bonne (un mariage, une naissance, un examen d’étude réussit, un voyage…) pour honorer les ancêtres en leur envoyant tout le confort terrestre. Différents rituels sont habituellement pratiqués pour transmettre les présents dans le monde de l’au-delà. Par exemple, on fait brûler des baguettes d’encens et quand ses dernières sont consumées, on brûle des objets votifs pour obtenir des braises. On verse alors dessus une petite tasse d’alcool de riz qui provoque des flammes et de la fumée.  L’ensemble de ce rituel ayant pour but de représenter la fusion des éléments naturels, comme le feu et l’eau = le Yin et le Yang,  qui sont de forts symboles philosophiques.

Pour les vietnamiens, il est très important d’avoir des enfants. En effet, s’il n’y a pas de descendants, le défunt parent ne peut pas être honoré, il ne peut y avoir d’autel des ancêtres pour le faire revenir parmi les vivants. L’âme du défunt est alors condamné à errer éternellement. Pour remédier à ce problème, les vietnamiens adoptent un enfant ou transmettent leurs héritages à des pagodes bouddhistes qui se chargent d’assurer son culte posthume.

Comment partir au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com