Archives du mot-clé Hanoï

VILLAGE : KY SON

ky son

Situé au nord du Vietnam, à plus ou moins deux de route de Hanoi, en plein cœur de la campagne vietnamienne, Ky Son Village offre au voyageur de nombreuses opportunités pour découvrir les anciennes traditions et la culture du Vietnam. Le lieu est idéal pour se reposer et faire des balades à pied ou en vélo à travers les nombreuses rizières qui entourent le village. C’est aussi l’occasion de participer aux différentes activités agricoles des villageois pour mieux comprendre leurs modes de travail, découvrir leurs récoltes et s’initier aux us et coutumes au coeur de la campagne vietnamienne. Les opportunités ne manquent pas non plus, pour visiter les charmantes pagodes locales et pour profiter des bienfaits des cultures d’herbes et de plantes qui constituent les traitements traditionnels des nombreuses familles des villages de cette magnifique et splendide région.

Ky Son, invite au bien-être et à la sérénité et comble les amoureux de la nature. Un havre de paix au Vietnam, un vrai régal !

Comment partir au Vietnam en direct? Consultez le site de On’BeaVoyage: http://www.onbea-voyage.com

Publicités

CULTUREL : LE TOMBEAU DE TU DUC

Tu Duc Tomb, Hue, Vietnam

Le tombeau de l’empereur Tu Duc, situé à 8 km de la ville impériale de Hué, au cœur d’une immense forêt de pins, est considéré comme étant le tombeau le plus remarquable et le plus grand de tout le Vietnam !

Tu Duc était le quatrième empereur de la dynastie des N’guyens. Il régna pendant 35 années (de 1847 à 1883), ce qui est le plus long règne du Vietnam. Sa disparition annonça la fin de l’indépendance du pays.

L’empereur marqua profondément l’histoire par son opposition ferme au colonialisme. Il expulsa les étrangers du Vietnam, isola rigoureusement le pays de tous contacts, commerces extérieurs, et contraria toute la modernité mise en place dans le pays en privilégiant les traditions de ses prédécesseurs. Il persécuta également la communauté Chrétienne, et en 1858, fit exécuter des missionnaires. En réponse, l’Europe organisa une expédition répressive franco-espagnole qui déboucha en 1859 sur l’occupation des français à Saigon. Suite à quoi, en 1962, Tu Duc fut forcé de capituler et dû signer la cession du Sud-Vietnam ; céder en 1er lieu les provinces orientales de la Cochinchine qui devinrent en 1867, la Cochinchine occidentale. Il fut également contraint d’ouvrir Hanoi, Haiphong, Qui-nhon et le fleuve rouge au commerce international, ce qui eu comme effet de provoquer la révolte des lettrés et des mandarins contre la cour de Hué. Mais plus rien ne pouvait arrêter la course des colonialistes  français qui en 1882, finirent par occuper Hanoï.

Malgré cette réorganisation politique et la pression de son peuple, l’empereur Tu Duc vivra les derniers mois de son existence paisiblement au sein de son luxueux palais, entouré par 300 personnes et servit par son personnel. C’est seulement à sa mort que le palais sera transformé en Mausolée Impérial. Mais Tu Duc, ainsi que son trésor, ne seront pas enterrés sur place. L’endroit où ses restes reposent avec ses richesses, reste en fait, jusqu’à aujourd’hui encore, un mystère. L’endroit serait resté secret afin d’éviter les pillages, et c’est la raison pour laquelle aussi, on dit qu’on aurait décapité les 200 serviteurs qui étaient chargés de ses funérailles, ou bien encore, qu’il fut enterré par des paysans sourds et muets à qui on interdit définitivement de revenir à Hué.

La construction du tombeau de Tu Duc débuta en 1864 et s’acheva en 1867. C’est l’empereur lui-même qui dessina son mausolée, sa future résidence de campagne. Sur un territoire d’environ 12 hectares, il fit ériger 50 constructions architecturales réparties sur des niveaux aménagés en terrasse, un lac artificiel, un îlot et de vastes jardins. Chaque construction porte le nom de Khiem.

Cours d’honneurs, tombeaux, temples, chemins dallés, pavillons, théâtre, étang en demi-lune, lac, lotus, verdure… le site est un lieu enchanteur, paisible qui témoigne de la richesse et de la beauté de la culture impériale des N’guyens. Flotte dans les allées, le doux parfum des frangipaniers, mais également l’âme poétique de l’empereur Tu Duc. Car si malgré ses 104 concubines, l’empereur ne donna aucune descendance, il fut en revanche très productif en termes de poèmes, puisqu’il en composa ici même, plus de 1500 ! Il fut ainsi considéré comme l’un des plus grands poètes de son époque. Il aimait les poèmes et les vers qu’il utilisait notamment pour exprimer ses fautes et ses regrets. Ou bien encore, pour surmonter son tempérament maladif.

Car son règne fut particulièrement difficile et ne lui offrit guère la sérénité. Il dû abandonner une partie du territoire Vietnamien aux français, les six provinces de Nam Bô dont sa mère était originaire, et cette lourde charge et responsabilité ne cessa de le hanter et le plongea dans une profonde et douloureuse tristesse.  Sa mère, pour remonter le moral de son fils, promis même de récompenser celui qui réussirait à le faire rire. Mais hormis quelques réussites aussi furtives que fugitives, l’empereur Tu Duc resta prostré dans sa tristesse.

De plus, Tu Duc, fils cadet de l’empereur Thiêu Tri, n’aurait jamais dû régner. En effet, c’est seulement parce que son père décida de changer son testament royal à la dernière minute, en le désignant comme le successeur à la place de son frère héritier Hong Bào qui vivait dans la débauche, que Tu Duc se retrouva à la tête de son pays.

Le conservatisme sévère de l’empereur Tu Duc, est considéré comme ayant causé la perte de l’indépendance du Vietnam et en partie, du patrimoine national qui fut rigoureusement amputé. Mais en réalité, son père Thiêu Tri et son grand-père Minh Mang, depuis longtemps persécutaient déjà les catholiques et les missionnaires étrangers. La machine de la colonisation française était donc depuis déjà longtemps en marche.

Je m’apitoie douloureusement sur mon sort
« Etre roi » ne mérite pas assez la gloire
Les colonialistes ont confisqué la terre pour y rester.
Làm vua chẳng có quang vinh chút gì
Thực dân chiếm đất ở lì
Trẩm đây buồn tủi, sử thì kết oan

Tu Duc.

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

CULTUREL : LA PAGODE BAI DINH

Pagoda_Bai_Dinh

Avec ses 539 hectares, la Pagode Bai Dinh est le plus grand et le plus extraordinaire complexe de temples bouddhistes du Vietnam et de l’Asie de l’Est !

Perchée  à 187 mètres sur une montagne de calcaire à la végétation luxuriante dans la province de Ninh Binh au sud de Hanoï (à l’ouest de l’ancienne cité royale de Hoa Lu), le site est constitué d’un ancien temple de 27 hectares et d’un nouveau temple de 80 hectares.

« Bai » qui veut dire la pratique du culte, et « Dinh » qui veut dire le sommet, la pagode Bai Dinh accueille le visiteur « Au culte du Ciel et de la Terre, du Bouddha et des anges célestes ».

Le site comprend une ancienne pagode, et une seconde plus récente. La 1ère a été construite en 1136 sous la dynastie des Ly (1009-1225). Elle est entourée de 2 grottes : à droite la grotte « Sang » qui signifie « lumière », et à gauche, la grotte « Tôi » qui signifie « sombre ». Dans la grotte « Sang », on découvre des statues bouddhistes, quatre idéogrammes géants et lorsque l’on se rend au fond de la grotte, on a alors la surprise de découvrir une vue panoramique extraordinaire sur la verdoyante vallée située en contrebas du site.

A un kilomètre plus loin, sur le versant de la colline Ba Rau au dessus du lac Dâm Thi et la rivière Hoàng Long,  se trouve la seconde pagode dont la construction a commencé en 2003 et s’est achevée en 2015. Le complexe gigantesque s’étend tout en longueur et est constitué d’un nombre de richesses bouddhistes époustouflantes !

La pogode Bai Dinh détient en fait à elle seule plusieurs records mondiaux : celui de la plus grande statue de bouddha doré d’Asie, celui de la plus grande statue de bouddha de bronze de l’Asie du Sud-Est, celui de la plus grande cloche en bronze du Vietnam, celui de la plus grande pagode du Vietnam, celui du plus grand couloir au sein d’une pagode bouddhiste (le couloir d’Arhat, 3 km), du plus grand nombre de statues (500 statues) et d’arbres Bodhi (100 arbres) au Vietnam

Un site monumental, impressionnant et exceptionnel !

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

VILLE : HANOÏ

temple-of-literature-1204409

Hanoï, l’ancienne capitale de l’Indochine française, est le cœur du Vietnam. Elle est fortement enracinée aux terres du nord et diffuse une aura puissante par sa considérable histoire. Elle se distingue avec subtilité par ses traditions millénaires, sa culture ancestrale, ses croyances philosophiques et religieuses aussi douces qu’immémoriales.

Hanoï est la ville de la paix, la plus attachante, la plus authentique et la plus attractive du Vietnam. Elle compte parmi les villes les plus prestigieuses du monde asiatique. Sa population dense s’étire sur les rives majestueuses du delta du fleuve rouge, borde les nombreux lacs urbains comme celui de l’épée restitué et jumelle son âme entre la tradition et la modernité, la mémoire et l’espoir.

Les temples mythiques et les pagodes de la ville du « fleuve de l’au-delà du fleuve », invitent à la méditation. Quand le quartier historique des 36 rues et corporations, lui, appelle à la vie trépidante, bouillonnante et impatiente. Rythme pétulant mené notamment pour tous ces artisans et commerçants d’excellence, exerçants leurs métiers d’ascendance aux pieds des milles portes des trottoirs antiques et prospères du vieux quartier de Hanoï.

Quel plaisir de déambuler dans ces ruelles à l’architecture anarchique, avec ses  façades peintes aux ocres de poussières anciennes et veinées aux larmes fines de la pluie de la mousson Vietnamienne. Quel enchantement de se faufiler entre les petits tabourets enfantins colorés des marchands et restaurateurs posés de-ci, de-là, de manière désordonnée aux bords des chaussées. Quel délice de sentir ces flammes odorantes aux senteurs de bouquet de coriandre venir vous lécher le bout du nez et vous faire saliver.

N’oublions pas non plus de citer, en parlant de Hanoï,  ces milliers de scooters qui évoluent dans les galeries de la ville, tels des fourmis creusant leurs labyrinthes avec un sens de l’orientation improbable et kafkaïen qui laisse totalement dubitatif les européens. En fait, un joyeux bordel  organisé à la manière Vietnamienne mais dont le charme est incontestable tant l’aisance et la nonchalance sont chez eux remarquables.

Et puis, il y a tous ces fils électriques qui traversent sous forme de grandes lignes convexes et lourdes les rues et zèbrent le ciel. Les poteaux qui les soutiennent, quant à eux, chargés du poids de ces longueurs câblées, se muent en sols pleureurs modernes qui rendent, aussi spectaculaire et déroutante, cette ville « extra ordinaire » à l’atmosphère enchanteresse.

Aussi, si dans chaque scène de vie de Hanoï, c’est une aventure singulière qui se raconte, la ville reflète également et sans conteste, l’âme puissante de l’histoire et de la culture Vietnamienne. Il vous suffit de croiser ces femmes aux silhouettes flottantes, apprêtées élégamment dans leur Ao daï (Robe longue), pour voir se dessiner  les lignes majestueuses, courtoises  et précieuses de l’histoire impériale du Vietnam.

On retrouve d’autre part, de nombreux souvenirs de la présence française liée à la colonisation Indochinoise. L’architecture du « Grand Opéra d’Hanoï » qui fut bâtit en 1911 sur le modèle de « l’Opéra Garnier de Paris« , en est un très bon exemple. Le passage des colons français ont également marqué et enrichit la linguistique du pays. Ainsi, on retrouve aujourd’hui  dans le vocabulaire Vietnamien, plusieurs mots dérivés du français comme : Sô cö la (chocolat), Cà rôt (carotte), Cà vat (cravate), Ô tô (auto), Xu xich (saucisse), Bich quy (biscuit), etc. 

Les Vietnamiens restent  très attachés à la culture française. Il n’est donc pas surprenant de voir des anciens vous aborder pour échanger, avec beaucoup de nostalgie  et de fierté, quelques phrases de la langue de Molière. Il faut prendre le temps de les écouter, car c’est avec beaucoup de sagesse que ces personnes souvent érudies, vous conteront la présence française dans leur pays.

Enfin, Hanoï  c’est le culte de Ho Chi Minh.  En effet, l‘oncle Hô, appelé aussi Nguyễn Tất Thành « grandes espérances », puis Nguyễn Ái Quốc « le patriote » a  fortement marqué l’histoire du Vietnam.  Cest pourquoi il continue toujours de vivre dans les mémoires des Vietnamiens et d’être vénéré. C’est bien à Hanoï que l’on trouve son mausolée où son corps embaumé repose toujours. Il est encore aujourd’hui très visité autant par les locaux que par les étrangers.

En conclusion, Hanoï possède en son sein, de puissantes richesses culturelles et historiques et une éminence d’humanité, de dignité aussi profonde, attachante que sincère. C’est la raison pour laquelle, pour découvrir et comprendre le Vietnam, il est indispensable de découvrir et de s’immerger dans la capitale Vietnamienne.

Comment partir au Vietnam en direct? Consultez le site de On’BeaVoyage: http://www.onbea-voyage.com

VILLE: SAPA

Sapa

Sapa est une ville de l’extrême nord du Vietnam située à 1500 mètres d’altitude et distante de Hanoï d’environ 350 km.

Sapa s’est fait connaître au XXème par les autorités coloniales françaises qui décidèrent d’y implanter une mission catholique ainsi qu’un poste militaire. Puis, en 1910, la ville de Sapa devînt une station d’altitude qui fut fréquentée par les colons pendant une cinquantaine d’années.

A l’arrivée des Français de Hanoï dans la région, plusieurs villas furent construites ainsi que des postes de fonction. Ce sont les montagnards, notamment  les ethnies locales, qui furent chargés des travaux  de construction de ces villas coloniales. Parallèlement, dans la périphérie de Sapa, des quartiers Chinois furent créés.

On décida également de mettre en place un marché. Dès son installation, il fut aussitôt fréquenté par les locaux qui s’y rendaient généralement le week-end pour échanger les produits forestiers et fauniques de la région contre des ustensiles de cuisine, du fer, du sel, des médicaments, etc. Le marché Vietnamien évolua en s’adaptant aux besoins des hôtels, des saisonniers, des commerçants et des agriculteurs qui ne cessaient de s’agrandirent.

Après le départ des colons en 1950, le marché ne fut plus fréquenté que par les montagnards de la région qui durent s’adapter aux changements politiques et économiques du gouvernement socialiste Vietnamien. Aussi, en 1986, le « Doi Moi« , la rénovation économique du Vietnam, fut appliquée. A partir de ce moment là, il était formellement interdit de couper le bois des forets, de faire commerce des richesses forestières et fauniques et de cultiver l’opium. Ce qui eut comme conséquences d’affaiblir les activités rentables de la population locale. C’est la demande touristique en 1993  qui vint sauver la région car celle-ci offrait un fort potentiel, notamment commercial et économique.

Mais depuis l’indépendance du pays en 1954, ce sont les Kinh (ethnie majoritaire du Vietnam) en nombre minoritaire dans la région Sapa (14%), qui contrôlent le comité populaire du district. Laissant ainsi peu de pouvoir à la population montagnarde et aux minorités qui sont pour la plupart analphabètes et ne parlent pas Vietnamien. Dés lors, le rôle réservé à ces locaux se résument souvent à une attraction colorée pour les touristes. Ceci étant dit, le gouvernement Vietnamien à mis en place plusieurs programmes pour former ces minorités à des métiers, comme celui de la couture, afin de mieux  intégrer ces ethnies dans l’économie du pays.

Aujourd’hui, en tous les cas, cette magnifique région montagneuse est un point incontournable pour les touristes en quête de dépaysement. Les montagnes et la nature du nord-ouest du Vietnam sont également idéales pour les randonneurs.

Vous allez à la rencontre de ce peuple montagnard et les ethnies colorées dont le travail est dédié aux formidables rizières en terrasse, dont les croyances et us et coutumes appartiennent à un autre âge et apportent au voyageur une autre vision du Vietnam.

Vous découvrez également  la cascade argentée qui est une chute d’eau de 200 mètres, des forêts de bambous, un magnifique lac, des sentiers escarpés sauvages qui traversent les villages de la vallée, des ponts suspendus, des sculptures en pierre ou pétroglyphes de pierres ancestrales, des grottes, des marchés ethniques, une cathédrale…… et le point culminant du Vietnam: le mont Fansipan qui culmine à 3143 mètres d’altitude.

Une région du Vietnam à ne surtout pas manquer !

Comment partir au Vietnamhttp://www.onbea-voyage.com

CULTURE : LE THE

Plantation de thé vert 2

Le thé est cultivé au Vietnam depuis plus de 3000 ans. 30% des champs de thé appartiennent à l’état. Les 70% restants sont de petites plantations paysannes. Dans le nord et le centre du pays, la culture du thé contribue à offrir une vie plus aisée aux personnes pauvres.

Le thé vert est très populaire au Vietnam et il est particulièrement apprécié pour sa faible teneur en caféine. C’est la boisson traditionnelle du Vietnam et on la consomme à n’importe quelle heure de la journée et n’importe où. Le thé Vietnamien constitue un art de vivre, rassemble les gens, est l’occasion d’une pause et invite à la discussion ou même à la méditation.

Le thé au Vietnam se boit ordinairement dans de petites tasses, sans sucre et sans lait ce qui lui confère ce léger goût amer. On le consomme également glacé, avec des glaçons et du jus de citron.

Depuis toujours, les Vietnamiens ont l’art de parfumer le thé. Les différences espèces de fleurs utilisées, comme le jasmin, le lotus, le chrysanthème… contribuent à apporter aux thés des arômes très rares, raffinés et remarquablement originaux. Pour obtenir un kilo de thé parfumé, il faut une centaine de fleurs et recourir à des méthodes de travail très longues et minutieuses, ce qui explique son prix élevé.

Tous les ans, pendant la fête culturelle du thé Vietnamien, le thé est célébré à Ho Chi Minh Ville, Hanoi et dans la jolie ville de Dalat. Le thé étant considéré comme une véritable richesse culturelle, une association s’est crée en 1988 (VITA : Association du Thé du Vietnam) pour protéger les producteurs Vietnamiens.

Comment partir au Vietnamhttp://www.onbea-voyage.com

ACTUALITE : LA POMME FRANCAISE DE RETOUR AU VIETNAM !

apples-379871_1280

Depuis 2012, la pomme française ne pouvait plus passer la frontière Vietnamienne pour des raisons administratives liées à de nouvelles législations phytosanitaires promulguées par l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce).

Mais bonne nouvelle, à partir du 15 Août 2015, les pommes françaises pourront de nouveau s’exporter au Vietnam. En effet, le ministère Vietnamien de l’Agriculture et du Développement Rural situé à Hanoï, a décidé de lever l’embargo.

Avant l’embargo, sur 700 000 tonnes de pommes exportées dans le monde, seulement 600 tonnes était expédiées au Vietnam chaque année. Cependant, le chiffre pourrait considérablement évoluer car les Vietnamiens sont très friands des pommes françaises et parce que la France à une excellente réputation sur le plan sanitaire, notamment concernant la traçabilité.

Les producteurs français ont donc la pêche et les Vietnamiens sont aux pommes !

Comment partir au Vietnamhttp://www.onbea-voyage.com

Site naturel: la baie d’Halong terrestre

DSC00147 - Copie

On trouve la Baie d’Halong terrestre « Tam Coc » (3 grottes) à une centaine de kilomètres au sud d’ouest d’Hanoi, à Hoa Lu dans la province de Ninh Binh.

Contrairement à la Baie d’Halong, les pains de sucres (roches karstiques ou montagnes calcaires) de la Baie d’Halong terrestre se situent sur terre, ils ne sont pas immergés dans l’eau. Ils bordent ou surplombent des rivières, des étangs et des cours d’eau. Quant aux joncs, nénuphars, roseaux et rizières , ils complètent ce décor majestueux et magnifique.

Ce site naturel sauvage du Vietnam, situé en plein coeur du parc national de Cuc Phuong (une des dernières forêt vierge du Vietnam) compte à lui seul plusieurs  dizaines d’espèces endémiques.

Pour découvrir la Baie d’Halong terrestre, le mieux est d’embarquer sur un sampan (barque à fond plat) sur la rivière Ngo Dong. Vous naviguez entre ces milliers de pitons calcaires qui immergent des rizières, encerclent des villages et se mêlent à cette végétation luxuriante  remarquable.

Ce sont les femmes Vietnamiennes des villages aux alentours qui vous guideront à travers ce site féerique.  Placées  à l’arrière des sampans, ce sont elles qui rameront courageusement pendant toute la durée de votre balade . Vous serez fascinés par la force de leurs petits bras capables de faire glisser, avec beaucoup d’adresse et de douceur, ces embarcations sur les eaux limpides et calmes couleur vert jade.

Vous traverserez des grottes creusées dans la montagne et emprunterez des passages souterrains. L’un de ces passages, d’une longueur de 127 mètres avec sa voûte très basse recouverte de stalactites, vous subjuguera. Vous découvrirez également  la vie  paisible des pêcheurs et villageois de la région. Vous serez charmez par ces belles personnes, par leur accueil si spontané, chaleureux et merveilleux.

La Baie d’Halong terrestre au Vietnam servit  de décor aux films « Indochine » et « L’amant« .

Comment partir au Vietnamhttp://www.onbea-voyage.com

Activité sportive: le golf

golf-83878 - Copie

Au minimum, le Vietnam compte 25 terrains de golf regroupés dans plusieurs clubs. On peut citer pour exemples : 5 parcours de 36 trous, 12 parcours de 18 trous, 3 parcours de 9 trous, 4 parcours de championnat, et bien d’autres terrains encore.

Lorsque l’on se situe dans le nord, on peut bénéficier des services d’un club de golf très prestigieux, de classe mondiale offrant 2 parcours de 18 trous. Niché dans la montagne, il offre aux golfeurs, des paysages poétiques, des reliefs magiques et des lacs majestueux. Le club est fréquenté par des golfeurs venant de 26 pays, des ambassadeurs, des investisseurs, des diplomates, des chefs d’entreprise, etc. Il compte 1500 adhérents au total.

Le parcours le plus difficile du Vietnam, est sans conteste celui qui se trouve à une cinquantaine de kilomètres de Hanoï dans le nord du pays. D’une superficie de 325 hectares, il offre 36 trous.

Pour les voyageurs et sportifs adeptes du grand air, le Vietnam offre un parcours de golf situé sur les hauts plateaux à 1500 mètres d’altitude, dans une région composée de chutes d’eaux, de lacs, de vallées fleuries et de grandes prairies luxuriantes. On y trouve également des chalets de style savoyards mais aussi des maisons basques. Il y a même une cathédrale française ! Le terrain de golf de cette région est le plus ancien du Vietnam. Il a été construit en 1920 pour Bao Dai le dernier empereur du pays. Ce golf est considéré comme ayant la 2ème plus belle architecture de tous les terrains de golf du Vietnam. Il offre 18 trous aux normes internationales et le sol est recouvert de l’herbe Bent, considérée la meilleure des herbes pour le golf aux Etats-Unis.

A contrario, si vous préférez la mer, choisissez ce golf Vietnamien situé dans le centre du pays, classé 3ème meilleur terrain de golf de l’Asie. Aménagé en forme de voûte pour épouser le cadre naturel du littoral, le terrain est parsemé d’arbres verts originaux et de dunes de sable de différentes formes qui donnent à ce parcours un exotisme incroyable.

Si vous allez dans le sud, vous découvrirez le parcours de golf du Vietnam le plus original, avec sa manière atypique de vous proposer de débuter le parcours avec 4 tees. Le terrain est recouvert d’une graminée de bord de mer, le Paspalum qui permet d’avoir des greens et fairways verts toute l’année. L’autre originalité du site, c’est qu’il est équipé d’un système de luminaires qui vous permet de jouer toute la nuit. La totalité de tous ces équipements modernes auront nécessité un investissement de plus de 5 millions de dollars.

Mais le meilleur terrain de golf du Vietnam est incontestablement celui situé à une trentaine de kilomètres de Ho Chi Minh Ville. Il s’étend sur plus de 350 hectares, offre 18 trous et son emplacement privilégié sur les hautes collines garantit un climat frais toute l’année. L’eau représente 2/3 du terrain. Le terrain est réputé pour ses pelouses verdoyantes, ses chemins à travers les palmiers, ses lacs artificiels, ses cascades, ses rivières et ses montagnes. Ce golf est considéré proposant le parcours le plus moderne et le plus beau au Vietnam.

Toujours dans la région, au nord de Ho Chi Minh Ville cette fois-ci, on accède à un autre golf de 27 trous de renommée mondiale. D’une superficie de 104 hectares, il possède 14 lacs, de magnifiques allées bordées d’arbres splendides. Particularité : 9 trous se trouvent dans un décor de désert, avec des pierres, des cactus et des arbres secs. L’ensemble du terrain ressemble à une montagne ondulante.

Enfin, pour ceux qui aiment la vie sur les îles, un nouveau terrain de golf a été inauguré en mai 2011. La particularité de ce golf, c’est qu’à chaque emplacement de trou vous pouvez voir la mer. Conçu par un architecte américain, ce golf est un chef d’œuvre d’ingéniosité et de beauté. Le troisième trou, quant à lui, offre une longueur de 172 mètres avec une plage magnifique en guise de décor naturel.

Il y en a donc pour tous les goûts !

Partir faire du golf au Vietnamhttp://www.onbea-voyage.com/quelques-idees/voyage-golf

SITE NATUREL : LA BAIE D’HALONG

DSC03611

La Baie d’Halong, inscrite au patrimoine de l’humanité  depuis 1994, se situe dans le golfe du Tonkin à 165 km de Hanoï. La baie s’étend sur une superficie de 1553 km2. Elle compte près de 2000 îles et îlots rocheux en calcaire ou en schiste, vierges pour la plupart, dont certains offrent des criques, des cavernes et des grottes avec parfois des lacs intérieurs.

1600 vietnamiens vivent sur 200 îlots. Pour la plupart, ce sont des pêcheurs qui habitent dans de petites maisons flottantes. On les aperçoit circuler dans la baie sur des barques construites en bambou tressé et parfois, s’aventurer dans les grottes fermées par les hautes marées.

La plus connue des grottes de la Baie d’Halong au Vietnam, est « la grotte de la surprise » (Hag Sung Sot). Située sur l’île de Bon Hon, elle culmine à 25 mètres d’altitude et est composée de magnifiques stalagmites et de stalactites. On accède à la grotte grâce à un escalier caché sous une végétation luxuriante. Arrivée à l’entrée de la grotte, on circule sur un couloir qui traverses les 3 grandes salles éclairées par des lumières artificielles qui rendent le site féerique. Son plafond alvéolé haut de 30 mètres, couvre les galeries, les salles et les lacs naturels qui composent la grotte de la surprise. Un chef d’oeuvre naturel de formations remarquables.

En plus d’offrir un panorama spectaculaire, la Baie d’Halong au Vietnam, avec ses pains de sucres (formations karstiques)  qui immergent de l’eau émeraude, offrent une atmosphère mystérieuse et extraordinaire. Les allées et retours de la mer dans la baie ont sculptés les roches calcaires et offrent un paysage naturel, pittoresque et époustouflant.

Comment partir au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage : http://www.onbea-voyage.com

Agriculture : vignes

purple-grapes-553464

On trouve au Vietnam des vignobles mais ils sont très récents. Ils occupent une faible partie des terres vietnamiennes, à peu près 300 ha. En comparaison, les pays européens, grands producteurs de vin, possèdent chacun 300 à 400 fois plus de terres viticoles.

Au 19ème siècle, les colons français avaient développé des terres viticoles sur les territoires montagneux de Ba vi près de Hanoï, mais pour une consommation essentiellement locale.

Après le départ des français, il ne restait plus au Vietnam, que de petits ceps grimpants sur les murs des habitations vietnamiennes dont la fonction était davantage de décorer et de servir d’ombrage. Il faudra attendre les années 80 pour voir apparaître les premières plantations de vignes à but commercial dans plusieurs régions du pays.

Le cépage Cardinal est cultivé initialement pour produire du raisin de table et du jus de fruit. En raison des conditions climatiques difficiles (mousson, chaleur et humidité), les terres viticoles furent rapidement concentrées sur les régions de Da Lat  (9 % des terres viticoles) et Ninh Thuan (90% des terres viticoles). On trouve sur quelques autres régions, de toutes petites parcelles viticoles mais ces dernières sont plutôt utilisées à titre expérimental.

Le raisin reste en majorité produit pour le raisin de table. Cependant le développement économique et social du Vietnam, pousse de plus en plus les vietnamiens à produire du raisin de cuve (à partir du cépage Syrag). La région de Ninh Thuan est la plus représentative de cette tendance.

Les vignes poussent sur des treillages dressés en pergolas pour abriter le raisin des excès du soleil, le protéger de l’humidité des terres et pour rendre la récolte plus aisée.

La majorité des terres viticoles au Vietnam, sont de toutes petites propriétés paysannes dont les surfaces s’étalent sur 0,1 à 0,4 ha. Les vignobles sont la plupart du temps plantés à côté d’autres cultures.

Le raisin est vendu au poids aux vinificateurs, la quantité étant préférée à la qualité. Grâce à la chaleur du Vietnam, en général, il y a 2 à 3 récoltes par an. Le cycle végétatif pour les vignes est de 85 à 95 jours. A la suite de chaque vendange, on laisse reposer les vignes 25 à 30 jours avant de tailler les ceps, puis un nouveau cycle commence. Mais à cause de l’intensité des productions, les vignes on une durée de vie limitée, au maximum une dizaine d’années. Quand aux sols, ils sont vite dégradés par l’utilisation excessive d’engrais. Cela s’explique également par le manque de formation des producteurs.

Néanmoins, ces « vignobles de mousson », essentiellement destinés à une consommation locale, poursuivent leurs expansions et progressent doucement mais sûrement en qualité. Concernant le vin de raisin au Vietnam, c’est la production et la consommation du vin rouge qui domine sur les marchés vietnamiens.

Comment partir au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage : http://www.onbea-voyage.com

Culturel: les marionnettes sur l’eau

MARIONNETTE DANS L'EAU HANOI

Le théâtre des marionnettes sur l’eau, fondé en 1969, est un des rares théâtres traditionnels toujours en activité au Vietnam. Sa popularité est telle que depuis les années 90, le théâtre se produit dans le monde entier, il participe notamment à de nombreux festivals.

L’art de manipuler les marionnettes sur l’eau est une particularité Vietnamienne qu’il ne faut pas manquer si vous décidez de voyager au Vietnam.

Devant les décors du théâtre se situe un plan d’eau qui fait office de scène. Derrière ces décors, se cachent les marionnettistes. Le corps immergé jusqu’à la taille, et à l’aide d’une grande perche (pouvant atteindre jusqu’à 3 mètres de long), les comédiens manipulent à distance les marionnettes (personnages, animaux).

Tout l’art de cette pratique vietnamienne réside dans le fait de faire oublier la présence des manipulateurs pour donner vie aux marionnettes. Pour y parvenir, les marionnettistes animent ces petits corps sculptés dans le bois faits entièrement à la main,  en les faisant glisser sur l’eau, plonger, sauter au rythme de l’histoire qui est racontée.

Les dialogues sont transcrits essentiellement en vietnamien. Mais les scènes retraçant la vie quotidienne des vietnamiens à travers des contes, accompagnées par un orchestre, se font comprendre par tous.

Le spectacle esttrès apprécié par les vietnamiens et beaucoup, lors de leur passage à Hanoï, viennent le voir en famille ou avec des amis pour passer un bon moment.

C’est un art naïf, comique qui puise dans les légendes du Vietnam et il n’est pas surprenant de voir les spectateurs vietnamiens rirent à gorge déployée lors de certaines scènes. Le spectacle se trouve donc autant sur la scène que dans le public. On y retrouve cette ambiance pleine de chaleur et de tendresse, qui représente si bien la mentalité du peuple vietnamien.

Le spectacle dure plus ou moins une heure, il y a jusqu’à six représentations par jour et pour certaines séances, une traduction en anglais est affichée sur un écran.

Concernant les marionnettes elles-mêmes, leurs mesures varies selon le personnage. Par exemples, une poupée représentant un paysan pourra faire 40 centimètres, alors que celle d’un grand poisson pourra atteindre 1m15 de long.  Chaque marionnette sur l’eau est constituée de deux parties. La première est le corps que l’on voit au dessus de l’eau. L’autre partie est le support, qui est aussi un flotteur et lui est immergé dans l’eau. Les marionnettes sculptées dans un bois léger, sont recouvertes d’une couche de peinture végétale qui fait office de vernis.

Certaines marionnettes sur l’eau sont munies d’un gouvernail ou de fils afin de faire bouger les bras, la tête, les mains de la poupée dans des gestes lents et empreints de douceur. D’autres, sont justes accrochées au bout de la tige en bambou, le manipulateur faisant ainsi plonger, ressortir de l’eau la marionnette dans des gestes plus vifs et plus rapides.

En plus de ces techniques, d’autres pratiques bien plus élaborées et complexes sont utilisées pendant le spectacle. Mais les méthodes de fabrication et de manipulation doivent resté secrets et ne se transmettent que de familles en familles, des anciens aux jeunes, préservant ainsi la tradition vietnamienne.

Les marionnettes sur l’eau au Vietnam ne pourraient exister sans l’eau. Lorsqu’elle est calme, elle reflète les personnages, les décors et donne un caractère fantastique au spectacle. Elle permet également de rendre plus réelle les scènes de pêche, de fêtes et autres scènes de vie lorsqu’on l’agite. L’eau amplifie aussi le son des instruments de musique qui accompagnent le spectacle, comme le tambour et les cymbales. Enfin, l’eau est volontairement boueuse pour permettre de cacher les perches. Mais accompagnée de jeux de lumières, l’eau prend toutes sortes de teintes et devient magique.

Exceptés les artistes composants la troupe nationale des marionnettes, la pratique de cet art n’est pas professionnelle. Au Vietnam, ce sont les gens de la terre qui après leur travail aux champs assurent gratuitement le spectacle pour les habitants du village.

Les jeunes vietnamiens observent les anciens pratiquer cet art et les aident à sculpter les poupées, à les peindre, les assistent dans l’installation des machines et apprennent ensuite à manipuler eux-mêmes les poupées.

A force d’observation, à force d’imitations aux gestes techniques pour manipuler les marionnettes, la transmission entre élève et maître se fait. Il faut beaucoup de temps et de patience pour être initié à l’art très complexe et difficile de la manipulation des marionnettes ce qui rend cet art si singulier et si cher dans le coeur des vietnamiens.

Comment partir au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage : http://www.onbea-voyage.com

Particularité: les câbles électriques

IMG_5000

Une chose qui frappe l’étranger qui se rend pour la première fois dans une grande ville au Vietnam, est le bazar de câbles électriques qui longe les rues. Telle une toile d’araignée, les longs fils tombent lourdement de poteaux en poteaux, grimpent sur les façades des maisons, traversent les petits commerces et viennent parfois s’échouer en plein milieu d’une rue.

Lignes électriques, téléphoniques, câbles internet…. de gros spaghettis noirs entremêlés qui zèbrent les murs et  le ciel et dont les vietnamiens se sont depuis longtemps accommodés.

Parfois, un particulier ou un agent grimpe sur une échelle en bambou pour réparer une quelconque panne ou démêler les câbles. Un autre n’hésite pas à grimper pour s’accaparer une ligne afin d’alimenter en énergie son petit commerce de soupe, de clés… installé sur le trottoir d’un quartier animé. Il va sans dire que ceci est illégal.

Pour remédier à ce problème, la compagnie générale d’électricité de ville de Ho Chi Minh a lancé un projet d’enfouissement sous terre de toutes les lignes électriques et téléphoniques. Ces travaux devraient être achevés en 2020.

Pour ce qui est du centre ville de Hanoï,  les rues sont trop étroites pour que l’on puisse enterrer les câbles électriques et les sols sont déjà pleins.

Comment partir au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com