Archives du mot-clé Mekong

VISITE : LES MARCHES VIETNAMIENS

DSC03015

Il faut se perdre dans les marchés Vietnamiens ! La plupart du temps se sont les paysans qui vendent leurs récoltes et leurs produits de la ferme. Ce qui est pour le visiteur de passage, une autre manière de découvrir l’univers agricole du Vietnam.

Il fait bon se faufiler dans les allées colorées et denses des marchés locaux,  s’immerger dans cette ambiance animée, s’engouffrer dans ces passages aux odeurs épicées qui excitent les papilles ou piquent le bout du nez.

Parfois on aperçoit des hommes et des femmes accroupies à côté de leurs palanches dont les plateaux  utilisés comme étals invitent à se pencher. D’autres exposent leurs produits frais sur une bâche en plastique à même le sol sans prendre compte du temps annoncé.

Il faut donc parfois baisser la tête pour aller à la rencontre de ces petits marchands, mais aussi pour observer ces dizaines de petits pieds qui s’affairent dans tous les sens.  En revanche, il faut prendre de la hauteur pour admirer le panorama de ces myriades de chapeaux coniques multicolores virevolter et déambuler.  Et puis, si vous tendez l’oreille, vous entendrez ces petites voix se lier ou s’entrechoquer dans une cacophonie de rires, de joies,  de disputes, de réconciliations inhérentes à la vie de tous les marchés.

Ne craignez pas ces bâches en plastique multicolores hissées au dessus de vos têtes qui protègent  les étals de la pluie ou de la poussière. Car parfois sous le poids de l’eau de plusieurs averses, elles se tordent et retournent. Ce qui veut dire que si vous êtes au bon endroit au bon moment, vous avez droit à une bonne douche gratuite ! Aventure qui ne manquera pas de faire rire aux éclats les Vietnamiens ! Cette situation les amusera en effet beaucoup.

De manière générale, personne ne reste insensible à l’ambiance des marchés locaux  au Vietnam. A ces pratiques d’un autre temps. Au poisson vendu dans des bassines remplies d’eau que l’on brasse pour oxygéner l’animal. Ou bien encore, à la viande fraîchement abattue sur place puis découpée et posée à même des planches ou sur tout support pouvant servir d’étal où réserve.

Enfin, il ne faut pas oublier les nombreux scooters ! Car sans eux, ce ne serait plus le Vietnam ! Chargés d’une montagne de produits qui peut atteindre parfois 80 kg, les scooters évoluent dans les artères des marchés à vive allure tout en klaxonnant. Ils se faufilent en zigzaguant avec plus ou moins d’agilité entre  les passants  pour livrer leurs marchandises ou en prendre.

C’est entre 7 heure et 10 heure du matin que le marché bat son plein. Et arrivée 13 heures, c’est l’heure de la sieste. Moment sacré pour les Vietnamiens ! Dés lors, les Vietnamiens s’installent là où ils le peuvent, souvent à l’endroit où ils ont installé leurs stands. Ils s’allongent à même les étales,  s’étendent courbés sur des sacs à patates, s’assoient repliés sur leurs petits tabourets ou bien encore, s’étirent de tout leurs longs sur leurs scooters avec autant de souplesse et d’adhérence que la limace sur sa feuille de salade. C’est ainsi que chacun tombe dans les bras de Morphée, dans ce bruit de fond étourdissant qui ne semble guère les déranger.

Il a beaucoup de marchés au Vietnam. Il y a les marchés de ville, mais aussi ceux de la campagne qui permettent aux habitants de la région de se retrouver et d’entretenir les liens  amicaux. Il y a également les marchés au fil de l’eau dit « flottants », comme le marché de Cai Be qui se trouve dans le sud du Vietnam où s’affairent les fournisseurs des fruits et légumes du Mékong. On trouve aussi des marchés de nuit qui apportent une ambiance très particulière. Avec les éclairages des phares des scooters remuants dans tous les sens et les lampions des marchands qui illuminent dans le noir de l’air humide les étals. Les marchés les plus colorés se trouvent quant à eux, dans le nord du Vietnam. Là où les différentes minorités se regroupent  pour vendre leurs bêtes comme les bœufs, les cochons et tous produits régionaux. Ce qui est une nécessité pour eux pour survivre dans ces régions d’altitude souvent très rudes et isolés.

Enfin, au cœur de tous ces marchés Vietnamiens,  viennent se greffer mille petits métiers de rue !  Ainsi on va aussi au marché pour se faire couper les cheveux, ou bien encore pour jouer de la musique, boire une bonne bière ou un bon thé, acheter des billets de loterie, se restaurer…..

Pour nous occidentaux, chaque centimètre de ces marchés locaux Vietnamiens est une découverte, un enchantement de nouveautés !  Cependant, pour prendre connaissance de tous ces produits et pratiques locales, il est vivement conseillé de se faire accompagner par un guide. En effet, ce dernier sera vous emmener dans les meilleures avenues des marchés. Il vous expliquera l’origine des cultures, leurs utilités, vous donnera leurs noms, comment les cuisiner et à quelle période. Il vous enseignera également les différents modes d’élevage et vous apportera un tas d’anecdotes sur ce fantastique pays qu’est le Vietnam !

Comment partir au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage :http://www.onbea-voyage.com

Publicités

Info minute : National Géographic spécial Vietnam Août 2015

NATIONAL GEOGRAPHIQUE AOUT 2015 SUR LE VIETNAM

Dans les kiosques ce mois d’Août, un numéro spécial sur la ville la plus culturelle du Vietnam, « Hué » et de ses habitants. Vous y trouverez également un article sur le Mekong.

Bonne lecture à tous et à toutes !

Comment partir au Vietnamhttp://www.onbea-voyage.com

Visite : le marché flottant de Cai Be

DSCN2164

Le marché flottant de Cai Be est un des marchés de gros les plus célèbres  du Vietnam. Son activité a débuté au 19ème siècle sous la dynastie des Nguyen.

Le marché Cai Be est situé près de la ville de Can tho dans le sud du Vietnam sur l’un des bras du delta du Mekong. Le marché est le rendez-vous des commerçants qui viennent se fournir auprès des producteurs de légumes et de fruits de la région.

Dés la première heure, vers les 3 heures du matin,  des centaines de bateaux remplis de marchandises, affluent sur la rivière. Commence alors d’intenses négociations dans une ambiance très animée et colorée.

Chaque producteur accroche sur son bateau au bout d’une perche en bambou, les produits qu’il propose. Par exemple, si c’est un vendeur d’ananas, on apercevra de loin, accroché tout en haut de cette perche, un ananas. En se rapprochant de plus près, on découvrira un bateau rempli à ras bord d’ananas avec d’énormes piles entassées sur le pont. Autour de la coque, un va et vient de petites embarcations d’acheteurs qui observent le produit, le goûte et négocient les prix.

Sur les rives du fleuve, on découvre également de nombreuses activités comme le transport et le traitement du bois de palétuviers utilisé pour la construction des maisons sur pilotis qui bordent les fleuves et rivières du Vietnam.

Il faut s’arrêter  un instant sur les berges pour aller à  la rencontre des petites entreprises artisanales souvent familiales, comme celles qui s’occupent de fabriquer la galette de riz.

Sur le Mekong,  ne soyez pas non plus surpris de croiser ces grosses embarcations qui transportent du sable dragué dans le fleuve dans le but d’être revendu. Alourdies par cet énorme tas de sable, vous serez étonnés par ces embarcations qui s’enfoncent dans l’eau.

Enfin, vous assisterez à  des scènes de la vie quotidienne des Vietnamiens qui habitent le long du du Mekong. Par exemple, vous verrez les Vietnamiens faire leur toilette dans le fleuve lui-même ou y laver leur linge ou leur vaisselle.

Une aventure à vivre que vous ne regretterez absolument pas.

Comment partir au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage : http://www.onbea-voyage.com