Archives pour la catégorie HISTOIRE

CULTUREL : LE TOMBEAU DE TU DUC

Tu Duc Tomb, Hue, Vietnam

Le tombeau de l’empereur Tu Duc, situé à 8 km de la ville impériale de Hué, au cœur d’une immense forêt de pins, est considéré comme étant le tombeau le plus remarquable et le plus grand de tout le Vietnam !

Tu Duc était le quatrième empereur de la dynastie des N’guyens. Il régna pendant 35 années (de 1847 à 1883), ce qui est le plus long règne du Vietnam. Sa disparition annonça la fin de l’indépendance du pays.

L’empereur marqua profondément l’histoire par son opposition ferme au colonialisme. Il expulsa les étrangers du Vietnam, isola rigoureusement le pays de tous contacts, commerces extérieurs, et contraria toute la modernité mise en place dans le pays en privilégiant les traditions de ses prédécesseurs. Il persécuta également la communauté Chrétienne, et en 1858, fit exécuter des missionnaires. En réponse, l’Europe organisa une expédition répressive franco-espagnole qui déboucha en 1859 sur l’occupation des français à Saigon. Suite à quoi, en 1962, Tu Duc fut forcé de capituler et dû signer la cession du Sud-Vietnam ; céder en 1er lieu les provinces orientales de la Cochinchine qui devinrent en 1867, la Cochinchine occidentale. Il fut également contraint d’ouvrir Hanoi, Haiphong, Qui-nhon et le fleuve rouge au commerce international, ce qui eu comme effet de provoquer la révolte des lettrés et des mandarins contre la cour de Hué. Mais plus rien ne pouvait arrêter la course des colonialistes  français qui en 1882, finirent par occuper Hanoï.

Malgré cette réorganisation politique et la pression de son peuple, l’empereur Tu Duc vivra les derniers mois de son existence paisiblement au sein de son luxueux palais, entouré par 300 personnes et servit par son personnel. C’est seulement à sa mort que le palais sera transformé en Mausolée Impérial. Mais Tu Duc, ainsi que son trésor, ne seront pas enterrés sur place. L’endroit où ses restes reposent avec ses richesses, reste en fait, jusqu’à aujourd’hui encore, un mystère. L’endroit serait resté secret afin d’éviter les pillages, et c’est la raison pour laquelle aussi, on dit qu’on aurait décapité les 200 serviteurs qui étaient chargés de ses funérailles, ou bien encore, qu’il fut enterré par des paysans sourds et muets à qui on interdit définitivement de revenir à Hué.

La construction du tombeau de Tu Duc débuta en 1864 et s’acheva en 1867. C’est l’empereur lui-même qui dessina son mausolée, sa future résidence de campagne. Sur un territoire d’environ 12 hectares, il fit ériger 50 constructions architecturales réparties sur des niveaux aménagés en terrasse, un lac artificiel, un îlot et de vastes jardins. Chaque construction porte le nom de Khiem.

Cours d’honneurs, tombeaux, temples, chemins dallés, pavillons, théâtre, étang en demi-lune, lac, lotus, verdure… le site est un lieu enchanteur, paisible qui témoigne de la richesse et de la beauté de la culture impériale des N’guyens. Flotte dans les allées, le doux parfum des frangipaniers, mais également l’âme poétique de l’empereur Tu Duc. Car si malgré ses 104 concubines, l’empereur ne donna aucune descendance, il fut en revanche très productif en termes de poèmes, puisqu’il en composa ici même, plus de 1500 ! Il fut ainsi considéré comme l’un des plus grands poètes de son époque. Il aimait les poèmes et les vers qu’il utilisait notamment pour exprimer ses fautes et ses regrets. Ou bien encore, pour surmonter son tempérament maladif.

Car son règne fut particulièrement difficile et ne lui offrit guère la sérénité. Il dû abandonner une partie du territoire Vietnamien aux français, les six provinces de Nam Bô dont sa mère était originaire, et cette lourde charge et responsabilité ne cessa de le hanter et le plongea dans une profonde et douloureuse tristesse.  Sa mère, pour remonter le moral de son fils, promis même de récompenser celui qui réussirait à le faire rire. Mais hormis quelques réussites aussi furtives que fugitives, l’empereur Tu Duc resta prostré dans sa tristesse.

De plus, Tu Duc, fils cadet de l’empereur Thiêu Tri, n’aurait jamais dû régner. En effet, c’est seulement parce que son père décida de changer son testament royal à la dernière minute, en le désignant comme le successeur à la place de son frère héritier Hong Bào qui vivait dans la débauche, que Tu Duc se retrouva à la tête de son pays.

Le conservatisme sévère de l’empereur Tu Duc, est considéré comme ayant causé la perte de l’indépendance du Vietnam et en partie, du patrimoine national qui fut rigoureusement amputé. Mais en réalité, son père Thiêu Tri et son grand-père Minh Mang, depuis longtemps persécutaient déjà les catholiques et les missionnaires étrangers. La machine de la colonisation française était donc depuis déjà longtemps en marche.

Je m’apitoie douloureusement sur mon sort
« Etre roi » ne mérite pas assez la gloire
Les colonialistes ont confisqué la terre pour y rester.
Làm vua chẳng có quang vinh chút gì
Thực dân chiếm đất ở lì
Trẩm đây buồn tủi, sử thì kết oan

Tu Duc.

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com

Publicités

VISITES : LES TUNNELS DE CU CHI

IMAGE TUNNEL DE CU CHI

Dans le sud du Vietnam, à seulement une quarantaine de kms de la ville de Ho Chi Minh, se trouve un impressionnant réseau de galeries souterraines appelé « les tunnels de Cu Chi« .

Les tunnels de Cu Chi, creusés à l’origine par les Viet Minh pendant l’Indochine française (sur une vingtaine de kms), ont été développés sur 230 km par les Viêt Công (les combattants du Front National de Libération du Sud Vietnam) pour faire face aux américains pendant le conflit américano-vietnamien. Le réseau s’étendait de la ville de Cu Chi jusqu’à la frontière Cambodgienne.

Les tunnels servaient de cache aux révolutionnaires Vietnamiens, mais ils étaient également utilisés pour communiquer, se déplacer d’un point à un autre dans la région, tout en étant à l’abri des bombes, des défoliants et du Napalm. Les pièces de la galeries servaient quant à elles, à stocker la nourriture, le matériel et les armes.  D’autres pièces servaient elles, d’hôpital,  de cuisine, de dortoir, d’infirmerie, de salle de réunion … Pendant les temps forts de la guerre, plus de 16000 personnes s’abritèrent dans les tunnels de Cu Chi,  dans les nombreuses galeries et pièces menant aux différents quartiers du réseau souterrain.

En arrivant au Vietnam, les troupes américaines pensaient mener une guerre traditionnelle, en conséquence, combattre physiquement et frontalement les soldats Vietnamiens. Alors que les Vietnamiens, dont les troupes de cette région étaient composées en majorité de paysans, choisirent eux, de mener une guerre d’usure en se comportant comme des fourmis, surgissant ou s’enfouissant de manière totalement imprévisible de partout dans les terres.

Face à cette stratégie de la guérilla Vietnamienne, les moyens de guerre américains pourtant démesurés, s’avérèrent être totalement inadaptés. En conséquence, ils ne permirent pas de faire plier le petit peuple patriotique paysan de Cu Chi qui s’était allié aux combattants Viet Cong. C’est ainsi que les 429 km2 de cette région du sud Vietnam, Cu Chi, devint rapidement un véritable no man’s land, un enfer pour les soldats Américains.

Les entrées des tunnels de Cu Chi étaient représentées par des petites trappes en bois dissimulées par la dense végétation tropicale, et étaient dès lors, très difficiles à repérer. Enfin, les galeries souterraines, conçues spécialement pour les petits gabarits des Vietnamiens, ne laissaient aucune chance aux corpulents américains de s’y infiltrer.

En réponse, les américains décidèrent de créer une armée de « taupes », constituée de soldats qui avaient de très fines silhouettes. Mais cette armée de taupe subit des pertes très importantes. Alors les américains décidèrent de dresser des chiens allemands pour repérer les galeries. Mais les soldats Viet Cong  propagèrent sur les sols du poivre, se lavèrent avec du savon américain et portèrent les habits de leurs prisonniers, ce qui eut comme effet, de tromper l’odorat des chiens.

Quant à l’agent orange que l’armée américaine déversa sur les rizières afin de priver les Viet Cong de leurs approvisionnements, ou les feux qu’ils mirent à la végétation asséchée, aux jungles et aux villages, ne servit à rien. Car la chaleur intense combinée à l’humidité de l’air tropical, déclencha des pluies qui permirent aux Viet Cong de survivre dans leurs abris souterrains. Exaspérée, à la fin des années 60, l’armée américaine décida d’envoyer ses B 52 sur région. Les bombes détruisirent la plupart des tunnels, mais il était trop tard, les tunnels de Cu Chi avaient déjà remplis leur mission.

La visite des tunnels de Cu Chi permet de bien comprendre ce que fut le quotidien des révolutionnaires Vietnamiens pendant cette guerre américano-vietnamienne. On y découvre les entrées des tunnels et les moyens rudimentaires utilisés par les Viet Cong pour vaincre l’ennemi américain.

Une partie des galeries est ouverte au public. Elle a été cependant transformée, élargie afin que les visiteurs étrangers puissent y entrer. Cependant, l’endroit reste extrêmement étroit et oblige, à certains niveaux,  à marcher courbé et cela dans une chaleur indescriptible ! Mais c’est une aventure à vivre pour celui ou celle qui souhaite se rendre compte  de plus près, du quotidien de ces hommes et de ces femmes courageux pendant cette terrible  guerre, et surtout, pour témoigner et ne pas oublier.

Comment partir en direct au Vietnam? Consultez le site de On’BeaVoyage:  http://www.onbea-voyage.com